Le ministre des Finances Luc Frieden à la réunion Ecofin à Dublin

Communiqué – Publié le

Les 12 et 13 avril 2013, le ministre des Finances Luc Frieden a assisté à Dublin à la réunion informelle Ecofin réunissant les ministres des Finances de l'Union européenne.

Lors de cette réunion, Luc Frieden a eu l'occasion d'exposer la récente décision du gouvernement luxembourgeois d'introduire, au 1er janvier 2015 et sur base du champ d'application de la directive 2003/48/CE sur la fiscalité de l'épargne, l'échange automatique d'informations pour les paiements d'intérêts en faveur de personnes physiques résidents dans les pays de l'UE autres que le Luxembourg.

Le ministre a souligné que le Luxembourg adhère pleinement aux objectifs de lutte contre la fraude et l'évasion fiscale et qu'en tant que place financière internationale, il est essentiel de refléter les normes internationales pour garantir, à long terme, la compétitivité de la place financière luxembourgeoise en Europe et au-delà.

En effet toute perte de compétitivité des places financières européennes par rapport à leurs concurrents de par le monde déboucherait sur une rarification des liquidités et à un renchérissement des investissements dont l'Europe aura besoin pour retrouver la croissance. Fort de sa diversité et de ses atouts de stabilité, de solidité et de solvabilité, la place financière luxembourgeoise assumera également à l'avenir son rôle de plateforme d'investissements pour le marché intérieur européen.

Le ministre a donc lancé un appel aux États membres du G20 afin que cette instance regroupant les plus grandes économies du monde fasse de l'échange automatique d'informations la norme internationale que tous ses membres s'engagent à appliquer effectivement.

Autre sujet de discussion important fut la mise en place du mécanisme de surveillance unique dans le contexte des futurs travaux sur l'intégration financière au sein de l'UE.

Le ministre Frieden a rappelé les engagements pris au niveau des chefs d'État ou de gouvernement et a exhorté ses collègues de ne pas donner l'impression qu’on était en train de faire marche arrière par rapport à ces engagements. Ainsi, en outre du mécanisme de surveillance unique, il est urgent de faire des progrès sur les directives "résolution bancaire" et "systèmes de garanties des dépôts" ainsi que sur le mécanisme de résolution unique et la recapitalisation directe des banques par le Mécanisme européen de stabilité. Il a donc insisté sur la cohérence de l'architecture dans son ensemble, à savoir à assurer que les trois piliers de l'union bancaire qui couvrent la supervision, la garantie des dépôts et la résolution, ne soient pas dissociés et traités de manière asymétrique. L'intégration financière doit se faire de manière équilibrée et sereine afin de consolider la confiance des investisseurs.

Communiqué par le ministère des Finances