Le ministre des Finances Luc Frieden à la conférence de la City Week à Londres

Communiqué – Publié le

Le 22 avril 2013, le ministre des Finances Luc Frieden est intervenu lors de la conférence prestigieuse annuelle organisée par la City Week à Londres.

Le sujet de son intervention portait sur "The future of the Euro and potential for a Banking Union".

Avant de se prononcer sur le sujet de la conférence, le ministre a salué l’étroite collaboration entre les places financières de Londres et du Luxembourg que Greg Clark, le secrétaire d’État au Treasury avait également relevée lors de son intervention. Luc Frieden a ensuite présenté les atouts de la place financière de Luxembourg, en mettant en exergue la complémentarité de celle-ci par rapport à la City of London et en présentant sa vue sur une saine concurrence qui soit au bénéfice des deux partenaires. Il a aussi souligné l’importance d’assurer la dimension internationale des grands centres financiers dans l’avenir.

Il a ensuite enchaîné avec quelques observations sur le marché intérieur dans l’Union européenne. En insistant sur l’importance de préserver l’intégrité du marché unique, Luc Frieden s’est exprimé en faveur d’une intégration plus poussée dans la zone euro à condition qu’elle soit équilibrée et qu’elle ne fasse pas obstacle à la compétitivité des États membres. L’objectif ultime doit être d’encourager la croissance et d’assurer la confiance. En ce qui concerne la gouvernance et la réactivité des institutions européennes, il a mis en avant la nécessité de pouvoir procéder rapidement et efficacement. Une procédure de prise de décision rapide et un cadre conceptuel cohérent sont indispensables pour une bonne gestion de la crise afin de rétablir la confiance des investisseurs et de garantir la sérénité en Europe. L’euro est en effet plus qu’une devise; il représente le débat qui parcourt comme un fil rouge tous les dossiers qui occupent les ministres des Finances en Europe et qui se résument à la question de savoir si nous voulons plus ou moins d’intégration et si oui comment.

Concernant l’union bancaire, le ministre a rappelé ce qu’il avait eu l’occasion de répéter lors de la réunion informelle à Dublin, à savoir l’importance d’une mise en place conséquente et symétrique des trois piliers de l’union bancaire. La supervision unique n’est qu’un premier pas et il n’est pas question de retarder les autres étapes qui sont une condition sine qua non pour que la crédibilité et l’efficacité de ce mécanisme de supervision soient assurées. Le fonds de résolution ainsi que la garantie de dépôt au niveau européen doivent être discutés très rapidement.

Finalement, Luc Frieden a indiqué qu’il soutenait la démarche du Royaume-Uni en faisant un recours contre la décision d’autorisation de la coopération renforcée pour la taxe sur les transactions financières. Sans se prononcer sur la forme précise du soutien qu’il apportait à cette démarche, le ministre a rappelé ses réticences de participer dans le cadre d’une initiative qui mettait en péril le level playing field entre les places financières. Il a également critiqué le fait que l’actuelle proposition de la Commission européenne produirait des effets extra-territoriaux pour les états non participants.

Communiqué par le ministère des Finances