Etienne Schneider soutient l'appel pour une nouvelle politique industrielle à la conférence "Amis de l’industrie"

Communiqué – Publié le

Au cours de son intervention, Etienne Schneider s'est focalisé sur le sujet d’une politique énergétique européenne commune, sans pour autant vouloir mettre en question le principe de subsidiarité quant au choix national du mix énergétique.

À l'invitation de la République de l’Italie, le Vice-premier ministre et ministre de l'Économie, Étienne Schneider, a participé à la deuxième conférence des "Amis de l'Industrie" qui a eu lieu à Rome. Face aux défis de l'industrie et de l'urgence de mettre en place une nouvelle politique industrielle, le ministre de l'Économie italien, Flavio Zanonato, a invité quelques États-membres à discuter comment donner une nouvelle impulsion à la politique industrielle européenne.

Au cours de son intervention, Etienne Schneider s'est focalisé sur le sujet d’une politique énergétique européenne commune, sans pour autant vouloir mettre en question le principe de subsidiarité quant au choix national du mix énergétique. Il a appelé la Commission européenne à intensifier ses efforts pour mieux relier les réseaux d'électricité et de gaz des pays de l'Union. Il a également insisté sur l'importance du développement d'une politique européenne compétitive dans le domaine des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique, secteurs créateurs d'emplois et garants de l'amélioration de la sécurité énergétique de l'Union. Selon le ministre, "nous avons besoin de plus d'Europe, plus de marché intérieur, plus d'harmonisation et plus d'investissements dans le domaine de l'énergie".

Garantir la sécurité d'approvisionnement

Il a annoncé vouloir poursuivre les efforts afin de connecter le Luxembourg aux réseaux de l'Allemagne, de la Belgique et de la France, car ces travaux sont nécessaires afin de garantir la sécurité d'approvisionnement, de soutenir le développement des énergies renouvelables et d'améliorer la compétitivité des entreprises.

Il a également réitéré son appel au vice-président et commissaire, Antonio Tajani, d'analyser comment mettre en place un label pour s'assurer que les produits importés respectent des standards minimaux en matière sociale et environnementale. Étienne Schneider a insisté que l'Europe ne peut pas continuer à imposer des normes environnementales et sociales de plus en plus strictes à ses entreprises, alors que des pays de l’Asie et du Moyen-Orient, entre autres, peuvent exporter leurs biens sans qu’ils soient soumis aux mêmes obligations. Dans ce sens, l’introduction de standards minimaux à ces importations mettrait les pays européens sur un pied d'égalité en matière de compétitivité avec les pays tiers.

En marge de la réunion, Etienne Schneider s'est également entretenu avec le Vice-premier ministre, ministre de l'Économie polonais, Janusz Piechocinski, au sujet du développement des relations économiques et commerciales entre le Luxembourg et la Pologne ainsi qu'avec le ministre français au Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Communiqué par le ministère de l’Économie