Entrevue du ministre des Finances, Pierre Gramegna, avec la présidente et ministre des Finances de la Confédération suisse, Éveline Widmer Schlumpf

Communiqué – Publié le

En matière de fiscalité, les deux ministres ont souligné l’importance à avoir une norme globale en matière d’échange automatique d’informations qui sera appliquée à l’échelle mondiale. Dans ce contexte, l’état des négociations que la Commission européenne mène actuellement avec la Suisse au sujet de l’extension du champ d’application de la directive "fiscalité de l’épargne" a été abordé.

En date du 20 février 2014, le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a été reçu à Berne par la ministre des Finances suisse, Éveline Widmer Schlumpf, pour un large échange de vues sur des sujets d’actualité politique dans les domaines de la fiscalité et des services financiers.

En matière de fiscalité, les deux ministres ont souligné l’importance à avoir une norme globale en matière d’échange automatique d’informations qui sera appliquée à l’échelle mondiale. Dans ce contexte, l’état des négociations que la Commission européenne mène actuellement avec la Suisse au sujet de l’extension du champ d’application de la directive "fiscalité de l’épargne" a été abordé.

Réitérant sa position, le ministre Pierre Gramegna a exprimé son souhait que le rapport de progrès qui sera présenté lors du prochain Conseil européen montre que les travaux avec les pays tiers ont produit un résultat suffisant aux circonstances définies par le Conseil européen pour l’adoption du nouveau champ d’application de la directive "fiscalité de l’épargne".

Il a une fois de plus insisté que le Luxembourg a décidé de passer à l’échange automatique d’informations dès 2015 et a l’intention de l’étendre progressivement pour autant que des mesures équivalentes s’appliquent à toutes les autres grandes places financières en Europe et dans le monde.

Lors de cette entrevue, le ministre Pierre Gramegna a également rappelé les longues relations d’amitié entre les deux pays et a souligné l’importance qu’il y a à s’appuyer sur ces liens d’amitié étroits quand des dossiers difficiles sont sur la table de négociation.

Communiqué par le ministère des Finances