Étienne Schneider au Conseil "Compétitivité" à Bruxelles

Communiqué – Publié le

Les ministres européens de l'Économie ont eu l'occasion de discuter avec le commissaire Antonio Tajani d'une nouvelle politique industrielle. Avec une ambition affichée des ministres de l'Économie de relancer en Europe une politique de soutien aux industries, afin de créer de nouveaux emplois dans ce domaine, la discussion du Conseil "Compétitivité" avait pour objectif d'alimenter le débat du Conseil européen du mois de mars 2014.

Le 20 février 2014 à Bruxelles, le Vice-premier ministre et ministre de l'Économie Étienne Schneider a participé à Bruxelles au Conseil "Compétitivité".

Ce premier Conseil "Compétitivité" sous présidence grecque avait deux sujets phares à l'ordre du jour: la politique industrielle et le marché intérieur.

Les ministres européens de l'Économie ont tout d'abord eu l'occasion de discuter avec le commissaire Antonio Tajani d'une nouvelle politique industrielle. Avec une ambition affichée des ministres de l'Économie de relancer en Europe une politique de soutien aux industries, afin de créer de nouveaux emplois dans ce domaine, la discussion du Conseil "Compétitivité" avait pour objectif d'alimenter le débat du Conseil européen du mois de mars 2014.

"L'Europe continue à perdre des emplois industriels"

Aide aucLes ministres ont ainsi débattu des mesures à prendre pour aider les entreprises industrielles à investir davantage en Europe et de créer des emplois pour réduire le chômage toujours trop élevé. Les débats ont notamment porté sur les coûts de l'énergie, la politique en matière de protection du climat, les programmes de recherche et d'innovation, la capacité des entreprises à financer de nouveaux investissements ou encore l'accès à des marchés internationaux.

Lors de son intervention pendant le débat sur la politique industrielle, le ministre Étienne Schneider a tout d'abord constaté que l'Europe continue à perdre des emplois industriels. Il a ainsi invité le commissaire Antonio Tajani de prendre d'urgence les mesures nécessaires en vue de mieux prendre en compte les effets sur la compétitivité des entreprises lorsque de nouvelles réglementations européennes sont proposées. Étienne Schneider a également mis l'accent sur la nécessité de prendre des mesures en vue de réduire les coûts excessifs de la logistique, aspect qui selon lui n'a pas été suffisamment pris en compte par la Commission européenne dans les politiques qu'elle vient de proposer. Le ministre a également déploré l'absence de règles claires et communes au niveau de l'Union européenne, ainsi que des exigences trop lourdes et contradictoires résultant de certaines initiatives proposées récemment par la Commission européenne dans ce domaine.

Parfaire le marché intérieur en Europe

Dans le cadre d'un débat sur le semestre européen, les ministres ont discuté de la voie à prendre pour parfaire le marché intérieur en Europe. Le ministre Étienne Schneider a saisi l'occasion pour rappeler les graves problèmes d'approvisionnement auxquels fait face le commerce luxembourgeois. "Je ne peux plus accepter qu'au Luxembourg, les commerçants ne peuvent pas choisir librement dans quel pays acheter au meilleur prix," a déploré Étienne Schneider lors du débat. "Cette situation pénalise gravement à la fois les commerçants, qui sont contraints de payer des prix excessifs, et les consommateurs luxembourgeois, qui n'ont souvent pas accès aux produits et services qu'ils souhaitent acheter," a ajouté le ministre Schneider. Dans ce contexte, le ministre de l'Économie luxembourgeois a annoncé avoir saisi la Commission européenne pour l'inciter à agir enfin au niveau communautaire, afin d'abolir les restrictions qui existent toujours dans ce domaine.

Communiqué par le ministère de l'Économie