Le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, a assisté au Conseil "Éducation" à Bruxelles

Communiqué – Publié le

Lors du Conseil "Éducation" le 24 février 2014 à Bruxelles, les ministres en charge de l'Éducation ont adopté des conclusions relatives à une éducation et une formation innovantes pour investir dans les compétences, et notamment pour permettre aux jeunes et adultes moins qualifiés d’acquérir des compétences et des qualifications utiles sur le marché du travail actuel.

Lors du Conseil "Éducation" le 24 février 2014 à Bruxelles, les ministres en charge de l'Éducation ont adopté des conclusions relatives à une éducation et une formation innovantes pour investir dans les compétences, et notamment pour permettre aux jeunes et adultes moins qualifiés d’acquérir des compétences et des qualifications utiles sur le marché du travail actuel.

Les ministres ont également eu un débat d’orientation sur les compétences et l'employabilité à la lumière des résultats des études PISA et PIACC. Ces résultats indiquent clairement que l'Europe est confrontée à un sérieux problème d'inadéquation des compétences, qui aggrave le chômage en tant que conséquence de la crise économique. Les ministres ont échangé sur la nécessité de suivre l'évolution des compétences requises sur le marché du travail et les moyens de rendre les politiques éducatives plus réactives face à cette évolution des besoins.

Deux défis majeurs

Lors de son intervention, Claude Meisch a exposé les deux défis majeurs auxquels fait face l’école luxembourgeoise, défis qui sont également confirmés par les résultats de la dernière étude PISA: l'hétérogénéité croissante de la population scolaire et la situation linguistique spécifique. La majorité des jeunes parlent soit le luxembourgeois soit le portugais à la maison, alors qu’à l’école prédominent l'allemand et le français.

Pour ces raisons, le gouvernement luxembourgeois envisage de revoir l'enseignement des langues afin de l'adapter au mieux à la situation démographique actuelle, tout en continuant de mettre en œuvre les réformes entamées les dernières années. Un premier pas vers une meilleure prise en charge des enfants provenant de l'immigration a été fait avec l'intégration du volet de la petite enfance dans le ministère de l’Éducation nationale. Ce champ d’action élargi permettra notamment de porter une plus grande attention au développement précoce des compétences langagières.

Communiqué par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance  et de la Jeunesse