Félix Braz rencontre Robert Badinter, ancien président du Conseil constitutionnel et ancien Garde des Sceaux et ministre de la Justice à Paris

Communiqué – Publié le

Félix Braz et Robert Badinter ont convenu qu’il faudrait continuer résolument sur le chemin de l’intégration européenne avant tout dans les domaines de la justice pénale et civile où les effets sont à la fois visibles et bénéfiques aux citoyens européens. La mise en place d’un parquet européen constituerait une étape importante pour la création d’un réel espace de justice européen et un instrument efficace dans la lutte contre la grande criminalité transfrontalière. Le parquet devrait jouir d’une réelle indépendance et d’attributions propres permettant d’assurer une plus-value certaine.

Le ministre de la Justice Félix Braz a rencontré lors de son déplacement à Paris le 28 février 2014, Robert Badinter, ancien président du Conseil constitutionnel et ancien Garde des Sceaux et ministre de la Justice. Lors de cet entretien le sujet du parquet européen a été au centre des discussions.

Les deux ont convenu qu’il faudrait continuer résolument sur le chemin de l’intégration européenne avant tout dans les domaines de la justice pénale et civile où les effets sont à la fois visibles et bénéfiques aux citoyens européens. La mise en place d’un parquet européen constituerait une étape importante pour la création d’un réel espace de justice européen et un instrument efficace dans la lutte contre la grande criminalité transfrontalière. Le parquet devrait jouir d’une réelle indépendance et d’attributions propres permettant d’assurer une plus-value certaine.

L’idée de la création d’un "Institut des hautes études judiciaires" était un autre sujet à l’ordre du jour. Celui-ci permettrait de veiller, dans le cadre de l'espace judiciaire européen, à une éducation et formation continue adéquate en droit européen des magistrats ainsi que des praticiens du droit et faire émerger une solide culture judiciaire européenne commune.

Félix Braz a souligné que le Luxembourg continuera à s’engager pour la réalisation d’un parquet européen et la mise en place d’un institut de formation judiciaire européenne. Le Luxembourg, en tant que capitale judiciaire de l’Europe et hôte de nombreuses institutions judicaires, pourrait jouer un rôle catalyseur dans ces démarches.

Communiqué par le ministère de la Justice