Jean Asselborn a présidé la séance du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine à New York

Communiqué – Publié le

En sa capacité nationale, le ministre Asselborn a rappelé que la décision prise par le Conseil de la Fédération de Russie d’autoriser l’utilisation des forces armées russes sur le territoire de l’Ukraine et les actions entreprises sur le terrain ces deux dernières semaines constituent une violation flagrante du droit international, notamment de la Charte des Nations unies et de l’Acte final d’Helsinki.

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, s’est rendu  à New York le 13 mars 2014, afin d’y présider la séance publique d’information du Conseil de sécurité des Nations unies sur la situation en Ukraine, à laquelle a participé le Premier ministre de l’Ukraine, Arseniy Iatseniouk.

En sa capacité nationale, le ministre Asselborn a rappelé que la décision prise par le Conseil de la Fédération de Russie d’autoriser l’utilisation des forces armées russes sur le territoire de l’Ukraine et les actions entreprises sur le terrain ces deux dernières semaines constituent une violation flagrante du droit international, notamment de la Charte des Nations unies et de l’Acte final d’Helsinki. Il a ensuite souligné que l’organisation le 16 mars prochain d’un référendum sur le statut de la Crimée est dans sa forme et quant au fond contraire à la Constitution ukrainienne et ne saurait en aucun cas être reconnu par la communauté internationale.

Importance d’un dialogue politique inclusif en Ukraine

Le ministre Asselborn a insisté sur l’importance d’un dialogue politique inclusif en Ukraine même, incluant toutes les forces politiques démocratiques et toutes les régions, tenant compte de la diversité et des aspirations de tous les Ukrainiens, en évitant le nationalisme.

En vue de trouver une solution pacifique en accord avec les principes et objectifs de la Charte des Nations unies, le ministre Asselborn a appelé à la poursuite des efforts diplomatiques intenses en vue de la constitution d’un mécanisme multilatéral, d’un groupe de contact rassemblant les principales parties concernées, y compris la Russie.

Faire primer le dialogue sur le coup de force

En permettant d’établir un dialogue direct entre les autorités russes et ukrainiennes, ce mécanisme devrait permettre d’amorcer une désescalade militaire, et favoriser une solution à la crise ukrainienne qui respecte l’indépendance politique, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, dans l’intérêt de la paix, de la stabilité et de la prospérité en Europe.

Le ministre Asselborn a conclu en insistant sur l’importance de faire primer le dialogue sur le coup de force, de faire primer le droit international sur la loi du plus fort.

En marge de la réunion du Conseil de sécurité, le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn s’est entretenu avec le Premier ministre de l’Ukraine, Arseniy Iatseniouk, ainsi qu’avec le ministre des Affaires étrangères par intérim de l’Ukraine, Andrii Deshchytsia pour avoir un échange de vues sur la situation dans le pays et réaffirmer le soutien du Luxembourg à l’Ukraine dans cette période difficile.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes