Corinne Cahen au Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté

Communiqué – Publié le

Dans son allocution d’ouverture, le ministre Cahen a remercié le CLAE pour l’organisation du festival, qui en trente ans est devenu le plus grand rendez-vous d’échange et de débat, mais aussi de présentation festive des cultures si nombreuses de la population du Grand-Duché de Luxembourg.

Le 15 mars 2014, Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l’Intégration, a assisté à l'ouverture officielle du 31e Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté à la LUXEXPO.

Le Festival, organisé par le CLAE (Comité de liaison des associations d’étrangers), montre depuis 30 ans toute la diversité de la citoyenneté et des cultures au Luxembourg.

Dans son allocution d’ouverture, le ministre Cahen a remercié le CLAE pour l’organisation du festival, qui en trente ans est devenu le plus grand rendez-vous d’échange et de débat, mais aussi de présentation festive des cultures si nombreuses de la population du Grand-Duché de Luxembourg.

Favoriser l’intégration de tous

Elle a rappelé certains outils mis à disposition par le ministère en vue de favoriser l’intégration de tous dans la société luxembourgeoise, dont le contrat d’accueil et d’intégration (CAI). Ce contrat propose à tout étranger légalement installé au Luxembourg et désirant s’y maintenir de manière durable une formation linguistique, des cours d’instruction civique et une journée d’orientation. Le CAI attire près de 1.000 signataires par an.

Lors des discours d’ouverture du Festival a également été évoquée l’importance de la participation politique dans le processus d’intégration. La dernière campagne du ministère de sensibilisation des non-Luxembourgeois à s’inscrire sur les listes en vue des élections européennes du 25 mai 2014 a été couronnée de succès: les premiers chiffres disponibles montrent une nette augmentation des inscriptions. Le ministre présentera les résultats définitifs au cours des prochaines semaines.

Importance de la cohésion sociale

Le ministre a finalement insisté sur l’importance de la cohésion sociale: le Luxembourg est et reste un pays d'immigration et ne pourrait vivre et survivre sans l'apport des non-Luxembourgeois, qui ont une contribution socio-économique et culturelle extrêmement importante pour la société luxembourgeoise.

Le grand défi est d’éviter la formation de sociétés parallèles et de replis identitaires. Il s’agit de parfaire l'accueil des nouveaux arrivants en vue de favoriser un sentiment d'appartenance au Luxembourg, d’améliorer la participation à la vie sociale, culturelle et politique des non-Luxembourgeois et de sensibiliser les Luxembourgeois à la rencontre de l'autre.