Jean Asselborn au Conseil "Affaires étrangères" à Bruxelles

Communiqué – Publié le

Le Conseil a ainsi adopté des mesures restrictives à l'encontre des personnes responsables d'actions qui compromettent ou menacent l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine. Dans ce contexte, 21 personnes ont été identifiées et sont visées par une interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE et un gel de leurs avoirs détenus dans l'UE.

Le ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, Jean Asselborn, a participé au Conseil "Affaires étrangères" (CAE) de l’Union européenne (UE) à Bruxelles le 17 mars 2014.

Le Partenariat Oriental de l’Union européenne et en particulier la situation en Ukraine et en Crimée ont été au cœur des discussions. Le débat des ministres s’est focalisé sur le référendum qui s’est tenu en Crimée le 16 mars ainsi que sur la réaction de l’Union européenne face à ce développement.

Le Conseil a ainsi adopté des mesures restrictives à l'encontre des personnes responsables d'actions qui compromettent ou menacent l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine. Dans ce contexte, 21 personnes ont été identifiées et sont visées par une interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE et un gel de leurs avoirs détenus dans l'UE.

Importance de la tenue d'élections

Le ministre Asselborn a condamné dans les termes les plus forts la violation claire de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine par les forces armées russes en Crimée en dénonçant  l’illégalité du référendum du 16 mars en Crimée. Déplorant l’état de fait dans lequel la Fédération russe tente de plonger la communauté internationale, le ministre Asselborn a souligné les effets négatifs que cette décision ne manquera pas d’avoir sur la Russie, en mettant en évidence l’isolement de la Russie au Conseil de sécurité ainsi que les critiques émanant de ses partenaires traditionnellement proches.

Le ministre Asselborn a en parallèle insisté sur l'importance de la tenue d'élections, non seulement présidentielles mais aussi parlementaires en Ukraine, et a appelé à la restauration du monopole étatique de la sécurité aux forces de polices, en se distanciant des groupes d’auto-défence.

Soulignant qu’il fallait faire preuve de beaucoup de fermeté et en même temps trouver les voies du dialogue et ne pas aller vers l'escalade, le ministre Asselborn a appelé à la poursuite des efforts diplomatiques intenses en vue de la constitution d’un mécanisme multilatéral, d’un groupe de contact rassemblant les principales parties concernées, y compris la Russie.

Processus de paix au Proche et Moyen-Orient

Les 28 ministres des Affaires étrangères de l’UE ont également rapidement passé en revue les développements liés au processus de paix au Proche et Moyen-Orient et sur la situation en Syrie, en particulier l’aspect humanitaire et la possibilité d’une relance des négociations dans le cadre des pourparlers de "Genève II".

Concernant la crise sécuritaire et humanitaire en République centrafricaine (RCA), les ministres ont souligné la nécessité d'une accélération des travaux relatifs à la préparation de l'opération PSDC EUFOR RCA en vue de permettre son lancement rapide, conformément aux engagements de l'Union européenne. Cette opération militaire de transition contribuera, par un appui temporaire pouvant aller jusqu'à 6 mois, à fournir un environnement sécurisé, dans la région de Bangui, en vue de passer le relais à l'opération de l'Union Africaine – MISCA, ou à une opération de maintien de la paix de l'ONU.

Le déjeuner de travail du Conseil, en présence du Commissaire Oettinger, a été consacré au thème de la  diplomatie énergétique et des partenaires stratégiques dans ce domaine.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes