Journée mondiale de l’eau 2014 sous le thème "eau & énergie"

Article – Publié le

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau le 22 mars, dont le thème en 2014 porte sur l’eau en tant que source d’énergie renouvelable, la ministre de l’Environnement Carole Dieschbourg a présenté l’utilisation de l’énergie hydraulique au Luxembourg, les atteintes portées aux écosystèmes des cours d’eau et les efforts de l’Administration de la gestion de l’eau pour assurer la continuité écologique des cours d’eau.

L’énergie et l’eau sont très étroitement interconnectées et représentent des ressources élémentaires pour l’humanité. En effet, la production mondiale de  l’énergie nécessite une grande quantité  d’eau, notamment pour le refroidissement des centrales thermiques et nucléaires. De l’autre côté, 8% de la génération mondiale d’énergie est utilisée pour le pompage, le traitement et le transport de l’eau potable et des eaux usées.

L’énergie hydraulique au Luxembourg: les centrales hydroélectriques d’Esch-sur-Sûre et de Vianden

Au Luxembourg, les deux principales centrales hydroélectriques se situent à Esch-sur-Sûre et à Vianden. Le barrage d’Esch-sur-Sûre fournit au moins 33% des besoins nationaux en eau potable tout en produisant également une faible quantité d’électricité. La centrale de pompage-turbinage de Vianden produit et redistribue l’électricité pendant les heures de consommation de pointes. Une extension de cette centrale est actuellement en cours. Près de 30 autres petites centrales hydroélectriques, notamment sous forme d’ouvrages transversaux, alimentent le réseau national d’électricité.

L’avantage de ces centrales, par rapport aux centrales thermiques, réside dans l’utilisation de l’eau qui n’est ni consommée, ni polluée par les centrales hydrauliques mais qui agit comme force motrice pour les turbines générant ainsi de l’énergie électrique.

Les atteintes portées aux écosystèmes des cours d’eau

Cependant les centrales hydrauliques portent, elles aussi, atteinte aux écosystèmes des cours d’eaux notamment en ce qui concerne la continuité écologique et le maillage des cours d’eau entre eux. A cause de multiples obstacles entravant les cours d’eau, la continuité du milieu aquatique est souvent interrompue. Les barrages, centrales hydroélectriques, écluses et autres  retenues empêchent ainsi la migration de la faune aquatique et le transport des sédiments, indispensables au bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques.

D’autres nuisances écologiques engendrées par les barrages sont la perte de la diversité des habitats et des frayères naturelles, l’envasement des retenues par des sédiments fins, la montée de la température de l’eau en été, la diminution du taux d’oxygène et de la force auto-épuratrice du cours d’eau dans la retenue.

Programme "Saumon 2020" et Programme directeur poissons migrateurs

Afin de garantir une exploitation de l’hydroélectricité en accord avec le milieu aquatique, des bases légales ont été créées au niveau européen et national, notamment le programme "Saumon 2020" de la Commission Internationale de la Protection du Rhin et le programme directeur poissons migrateurs. Il s’agit notamment du rétablissement de la continuité des cours d’eau, de la conservation des habitats naturels, de la réglementation de la pêche et du renouvellement des autorisations et des conditions liées à l’utilisation des barrages et à l’hydroélectricité.

Les déplacements migratoires des poissons sont en effet indispensables à la reproduction et à la propagation des espèces, à la conservation de la diversité génétique, à la sauvegarde des populations et à la recolonisation des cours d’eau en cas de pollutions ou de catastrophes naturelles (sécheresse, montée de la température de l’eau,…).

Une liste des obstacles sur les cours d’eau à rendre franchissables prioritairement a été dressée par l’Administration de la Gestion de l’Eau dans le contexte du Plan de gestion de district hydrographique pour la période de 2009 à 2015. Il s’agit de 48 obstacles répartis sur les principaux cours d’eau du Luxembourg. La restitution de la continuité écologique se fera dans le bassin de Moselle et de son sous-bassin de la Sûre d’aval en amont en tenant compte des grands projets internationaux du programme "Saumon 2020". Pour chaque obstacle entravant la remontée des poissons, une solution adaptée, naturelle ou technique, est prévue, planifiée, en construction ou dores et déjà mise en place. Les mesures solutionnées peuvent ainsi varier d’un simple arasement de l’obstacle avec rétablissement du fond naturel du cours d’eau à la réalisation d’une passe à poissons plus ou moins technique tout en respectant la production d’énergie hydraulique.