Visite de travail de Jean Asselborn en Palestine

Communiqué – Publié le

Le ministre Asselborn s’est rendu à Ramallah et a été reçu par le Président de l’Autorité Palestine, Mahmoud Abbas. Il y a également rencontré le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Rami Hamdallah, ainsi que son homologue, le ministre des Affaires étrangères Riyad Al-Malki, et s’est entretenu avec le négociateur en chef de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saeb Erekat.

Sur invitation du ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, Riyad Al-Malki, le ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, Jean Asselborn, a effectué une visite de travail en Palestine, du 21 au 23 mars 2014.

Le ministre Asselborn s’est rendu à Ramallah et a été reçu par le Président de l’Autorité Palestine, Mahmoud Abbas. Il y a également rencontré le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Rami Hamdallah, ainsi que son homologue, le ministre des Affaires étrangères Riyad Al-Malki, et s’est entretenu avec le négociateur en chef de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saeb Erekat.

La visite du ministre Asselborn est intervenue à un moment charnière du processus de négociations de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne relancé par les initiatives du Secrétaire d’Etat américain, John Kerry. Les échanges de vues ont porté sur l’ensemble des questions liées au cadre de négociations devant permettre à terme un Accord de paix, ainsi que sur le soutien que l’Union européenne peut apporter en appui à celui-ci.

Mettre fin aux violations du droit international

Rappelant le droit du peuple palestinien à disposer d’un Etat souverain, indépendant et démocratique, sur base des frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale,  le ministre Asselborn a réaffirmé l’importance de mettre fin aux violations du droit international.

Soulignant que le processus en cours représente une chance historique de garantir la sécurité au peuple israélien et de restaurer la dignité du peuple palestinien, le ministre Asselborn a fortement condamné la poursuite de la politique de colonisation du gouvernement Netanyahu, qui représente le principal obstacle dans les efforts de négociation. 

Les échanges de vues avec les autorités palestiniennes ont également permis de faire le point sur le processus de réconciliation inter-palestinienne et sur la situation politique interne, avant d’être consacrés au relations bilatérales du Grand-Duché avec l’Autorité palestinienne.

Se félicitant de la très bonne qualité des relations bilatérales, les discussions ont porté sur de possibles pistes pour renforcer davantage celles-ci, notamment dans les domaines de la santé et de l’éducation. Au sujet de la demande de rehaussement du statut de la représentation palestinienne au Luxembourg, avec siège à Bruxelles, le ministre Asselborn s’est engagé à franchir prochainement cette nouvelle étape, soulignant que ce rehaussement s’inscrit dans la lignée du soutien luxembourgeois et européen à la solution des deux Etats.

Conditions de vie désastreuses à Gaza

Au cours de son déplacement en Cisjordanie, le ministre Asselborn s’est ensuite rendu à l’Université de Bir Zeit à Ramallah afin de participer à une table ronde avec des étudiants et des représentants du monde académique. Il a également eu un échange de vue avec la société civile sur la situation des droits de l’homme en Palestine et sur des questions de bonne gouvernance.

Le chef de la diplomatie luxembourgeoise s’est ensuite rendu  à Gaza et y a notamment visité les sites de l’école primaire de Rimal Elem, ainsi que la clinique Saftawi, gérés par l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Dans la bande de Gaza, le ministre Asselborn a rencontré de nombreux responsables des agences des Nations unies sur place, dont notamment la FAO, le PAM, l’UNICEF et le CICR, tout comme des représentants du secteur économique et commercial. Les discussions qui ont surtout porté sur les conditions de vie désastreuses à Gaza ont confirmé l’importance de lever le blocus, non seulement dans l’intérêt du développement économique palestinien, mais également dans celui de la sécurité d’Israël.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes