Sept décideurs et représentants d’institutions de formation ont participé à la visite d’étude "Prevention, monitoring and reducing school drop-out in Luxembourg"

Communiqué – Publié le

Pendant cinq jours, les sept participants européens avaient l’occasion de visiter des institutions luxembourgeoises actives dans la lutte contre le décrochage scolaire, de découvrir de nombreuses initiatives qui existent en la matière et de rencontrer des acteurs clés concernés. Le programme de la visite s’est décliné en les trois aspects essentiels de la lutte contre le décrochage scolaire: la prévention de l’exclusion scolaire, l'intervention auprès d’élèves en situation de difficulté et les mesures de compensation en cas de décrochage.

Du 17 au 21 mars 2014, sept décideurs et représentants d’institutions de formation issus de 7 différents pays européens (Estonie, France, Lettonie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède) ont participé à une visite d'étude dédiée à la thématique de la lutte contre le décrochage scolaire au Luxembourg.

Cofinancée dans le cadre du programme transversal "Visites d’étude CEDEFOP", la visite a été organisée par ANEFORE asbl en coopération avec l’Action locale pour jeunes (ALJ) et le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse (MENJE).

Pendant cinq jours, les sept participants européens avaient l’occasion de visiter des institutions luxembourgeoises actives dans la lutte contre le décrochage scolaire, de découvrir de nombreuses initiatives qui existent en la matière et de rencontrer des acteurs clés concernés. Le programme de la visite s’est décliné en les trois aspects essentiels de la lutte contre le décrochage scolaire: la prévention de l’exclusion scolaire, l'intervention auprès d’élèves en situation de difficulté et les mesures de compensation en cas de décrochage.

Réduction du nombre de décrochages

En effet, les mesures de lutte contre le décrochage scolaire développées et mises en œuvre au Luxembourg ont permis de réduire le nombre de décrochages de 17,2% en 2003 à 9% en 2011. Des initiatives complémentaires sont proposées par des organisations publiques ou parapubliques, telles que les écoles, les services d’orientation et de jeunesse. L’Action locale pour jeunes (ALJ) est au centre du réseau de ces acteurs. Un suivi statistique systématique est assuré par le Service des statistiques du MENJE.

Les présentations et visites se sont déroulées entre autres au MENJE, à la Maison de l’orientation, au CNFPC à Esch, au Lycée technique de Bonnevoie, à l’École de la deuxième chance et à l’École fondamentale Op Acker. Les acteurs luxembourgeois n’ont pas seulement expliqué le fonctionnement des mesures prises, mais ils ont également présenté leurs conclusions sur les facteurs de réussite et les leçons tirées de leurs expériences. Plusieurs discussions ont permis aux participants de s’échanger avec les acteurs nationaux et de mettre en relation les expériences faites au Luxembourg et dans les pays des participants.

Lors des conclusions élaborées par le groupe à la fin de la visite, il a été constaté que les bonnes pratiques des différents pays sont certes différentes, mais leurs éléments clés se ressemblent:

  • le respect de l’individu dans son intégralité;
  • un système équilibré qui comprend des règles et conséquences ainsi qu’un support de l’individu dans la gestion de problèmes s’interposant à l’apprentissage;
  • un processus d’orientation qui commence dès le jeune âge et qui comprend des expériences pratiques;
  • une volonté d’identifier les forces de chaque élève et de l’aider à trouver son chemin individuel vers le succès;
  • une coopération de l’école avec les parents sur un pied d’égalité et
  • des efforts en faveur du bien-être à l’école;
  • ainsi qu’une formation continue sur les méthodologies d’apprentissage et la gestion de tensions et de difficultés pour les enseignants.

Dans les différents pays réunis, il s’agit aujourd’hui de s’inspirer des mesures efficaces et des projets pilotes afin d’intégrer ces éléments à une plus large échelle dans leurs systèmes d’éducation.

Communiqué par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de de la Jeunesse / ANEFORE asbl