Journée mondiale de la santé 2014 (07.04.2014)

"Mieux se protéger contre les maladies à transmission vectorielle"

Communiqué – Publié le

La Journée mondiale de la santé est célébrée chaque année le 7 avril, date anniversaire de la création de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 1948.

Chaque année, un thème soulignant un domaine prioritaire de santé publique est retenu. C'est aussi l'occasion de lancer des programmes de sensibilisation à long terme s'étendant bien au-delà du 7 avril. La Journée mondiale de la santé permet au monde entier de se pencher sur des problèmes importants de santé publique.

Cette année, la Journée mondiale de la santé a pour thème: "Les maladies à transmission vectorielle".

Les vecteurs sont de petits organismes vivants (tels que les moustiques, les tiques, les punaises, phlébotomes ou gastéropodes d’eau douce) qui peuvent transmettre des micro-organismes pathogènes d’une personne ou d’un animal infecté à une autre personne ou animal. Ils peuvent ainsi menacer notre santé, que nous soyons chez nous ou en voyage.

Les maladies à transmission vectorielle semblent transgresser leurs anciennes limites de territoire:

De nouvelles maladies font leur apparition ou bien d’anciennes maladies, qui avaient disparu, réapparaissent dans la Région européenne de l'OMS. Les déplacements de population, les changements écologiques, climatiques et environnementaux, la détérioration des situations politiques et socioéconomiques, ainsi que l’arrêt des mesures de prévention et de lutte contre leur transmission ou l’apparition de résistances contre les traitements, jouent un rôle central au regard de la résurgence de ce problème de santé publique.

La réapparition récente et inattendue du paludisme dans des pays et des zones d'où il avait disparu en est un exemple éclatant: après 40 ans d’absence le paludisme est revenu en Grèce. On découvre de plus en plus ces maladies transmises par vecteurs, tels que la maladie de Lyme, l’encéphalite à tiques, la leishmaniose, la fièvre hémorragique deCrimée-Congo, la maladie de Chagas, auprès de citoyens la Région européenne.

Les récentes épidémies de dengue, de chikungunya et d'infections par le virus du Nil
occidental, dans des pays qui ne connaissaient pas ces maladies auparavant, sont le signe de menaces potentielles liées aux déplacements et aux échanges commerciaux, et peut-être aussi aux changements environnementaux et climatiques.

D’après l’OMS, les maladies à transmission vectorielle représentent 17% de la charge
mondiale estimée des maladies infectieuses. Le paludisme est celle qui fait le plus de victimes, avec, selon les estimations, 660000 décès en 2010.

En revanche, celle qui se propage le plus rapidement dans le monde actuellement, est la dengue, dont l’incidence a été multipliée par 30 au cours des 50 dernières années.

À l’occasion de cette journée mondiale, le ministère de la Santé publie un dossier sur
www.sante.lu. Des posts auront lieu via Facebook sur facebook.com/sante.lu ("healthy&friends"), reprenant différents aspects des maladies à transmission vectorielle.

Le CRP-Santé sera présent au marché place Guillaume le samedi matin 5 avril, afin de
distribuer une brochure inédite sur les "Maladies à transmission vectorielle". La brochure aborde le projet de recherche relatif aux moustiques, mené au Luxembourg par le Département d’immunologie du CRP-Santé en collaboration avec les services de la Direction de la santé. Elle donne des conseils comment se protéger contre les piqures de moustiques par des gestes simples que chacun peut effectuer au quotidien.

Les moustiques au Luxembourg : Quelle diversité? Quels constats?

Le Département d’immunologie du CRP-Santé, en collaboration avec les services de la
Direction de la santé, ont mené un projet de recherche sur la diversité des espèces de moustiques sur l’ensemble du territoire luxembourgeois:

  • 1596 moustiques ont été collectés dans le pays;
  • 71,4% de différents types de moustiques ont été identifiés jusqu’à maintenant: uniquement des espèces domestiques ont été trouvées;
  • 90 sites de collecte au Luxembourg ont été concernés: zones d’agriculture, zones urbaines et forêts.

Aucune espèce de moustique invasive pouvant transmettre une maladie dangereuse n’a heureusement été trouvée au Luxembourg.

Quelques conseils pour une prévention efficace

Contre les moustiques et les tiques:

  • il est indispensable de supprimer tous les contenants d’eau pouvant favoriser de l’eau stagnante (surtout durant l’été), qu’ils se trouvent au bord des fenêtres ou dans les jardins: pots abandonnés, cuvettes, arrosoirs, vieux pneus, etc;
  • il faut se protéger soi-même des piqûres de moustiques ou de tiques en utilisant des répulsifs locaux;
  • porter des vêtements longs, clairs et couvrant bras, avant-bras et jambes;
  • en cas de séjour prolongé dans des endroits infestés, examiner son corps plusieurs fois par jour, à la recherche d’éventuels parasites, et changer de vêtements dès le retour à la maison;
  • recourir à une prévention du paludisme et une vaccination contre la fièvre jaune avant des voyages à destination de zones tropicales où sévissent ces maladies.

Communiqué par le ministère de la Santé