_banner-meco

Technologies de la santé

Objectifs

Le ministère de l’Économie poursuit de manière systématique la mise en œuvre du plan d'action "Sciences et technologies de la santé" qui a pour objet précis le développement d'un véritable pôle de compétence dans le domaine de la médecine personnalisée.

Le but de cette initiative est:

  • d'intensifier les efforts de recherche au Grand-Duché;
  • d'en renforcer le rayonnement sur le plan international;
  • de favoriser la diversification du tissu économique dans un secteur de pointe en pleine croissance.

Moyens

Ces efforts ont abouti à un projet en recherche biomédicale d'envergure qui devra permettre au Luxembourg de développer des compétences très pointues dans ce domaine.

Les deux piliers autour desquels s’est articulée la stratégie actuellement mise en œuvre actuellement sont:

  • les technologies de l’information et de la communication (TIC) et
  • la plateforme logistique.

En effet, le basculement progressif vers la médecine dite personnalisée ou de précision (c.-à-d. qui vise à cibler les pratiques thérapeutiques en fonction de la réaction présumée des patients) a besoin d’une infrastructure informatique robuste et de solutions innovantes afin de stocker, protéger et analyser les données produites par les disciplines liées aux technologies -omiques et faciliter leur intégration, au moyen des TIC, aux données relatives à l’environnement, au mode de vie, aux substances toxiques, aux facteurs sociaux et économiques et aux déterminants des systèmes de santé. On retrouve ces mêmes besoins en aval lorsque les résultats de recherche aboutissent à des outils et tests de diagnostic moléculaire. S’y ajoute l’infrastructure logistique pour le transport respectivement la distribution d’échantillons.

La deuxième étape a été de d’augmenter de façon ciblée le volume ainsi que la qualité de l’effort de recherche national afin de développer des compétences et un savoir-faire pouvant attirer des partenariats industriels. Mi-2008 ont ainsi été créés (en partenariat avec des instituts nord-américains):

  • le Luxembourg Center for Systems Biomedicine (LCSB) qui adopte une approche scientifique holistique et interdisciplinaire, et qui focalise sa recherche sur les maladies neuro-dégénératives;
  • l’Integrated Biobank of Luxembourg (IBBL) - une infrastructure de recherche dédiée à la collecte, le stockage et la préparation / analyse d’échantillons - l’IBBL s’est notamment spécialisée dans la "biospecimen research" et la standardisation (SOP) afin d’offrir un contexte propice aux procédures de validation des marqueurs.

En septembre 2011, les 3 acteurs (IBBL, LCSB, Luxembourg Institute of Health (LIH) ont présenté un plan stratégique à double finalité: maximiser les synergies entre instituts; et axer les thèmes de recherche autour des besoins médicaux du pays afin d’assurer un lien avec le système de santé respectivement un retour (à terme) en matière de santé publique. Les pathologies plus particulièrement ciblées sont:

  • le diabète du type 2; 
  • le cancer du poumon, du colon et du sein; 
  • la maladie de Parkinson. 

La mise en place d’une cohorte d’environ 10.000 individus est en discussion.

Aujourd’hui le ministère s'attache à peaufiner les instruments financiers  et autres afin de soutenir les entreprises du secteur désireuses de s’implanter à Luxembourg dans leurs démarches.