_banner-culture

Conseil de l’Europe

Le Conseil de l'Europe est la principale organisation de défense des droits de l'homme du continent. Il comprend 47 États membres, dont les 28 membres de l'Union européenne. 

Les travaux et objectifs du Conseil de l'Europe sont structurés autour de trois piliers thématiques: droits de l’homme, état de droit et démocratie. 

Au titre du pilier "démocratie" et sur base de la Convention culturelle européenne de 1954, le Conseil de l'Europe élabore et met en œuvre des programmes et des politiques ciblés sur la culture, la diversité culturelle, le patrimoine, le dialogue interculturel et le paysage en tant que domaines qui revêtent une importance spéciale pour la garantie du respect de la dignité humaine, de sociétés démocratiques durables et d'une gouvernance démocratique pérenne.

Le travail du Conseil de l'Europe s'appuyant notamment sur des comités intergouvernementaux, composés d'experts en provenance des capitales, ceux-ci constituent un lien essentiel avec les ministères spécialisés dans les États membres.

Comité directeur de la culture, du patrimoine et du paysage (CDCPP)

Le ministère de la Culture participe aux travaux du CDCPP, qui supervise les activités intergouvernementales du Conseil de l'Europe dans le domaine de la culture, du patrimoine et du paysage et conseille le Comité des Ministres sur toutes les questions relevant de sa compétence.

Son objectif général consiste, en tenant pleinement compte des perspectives transversales appropriées, à partager les informations relatives aux politiques applicables en la matière, à échanger les meilleures pratiques en vigueur et à élaborer, selon le cas, des normes relatives aux politiques des États Parties à la Convention culturelle et aux autres Conventions pertinentes dans le domaine de la culture, du patrimoine et du paysage. (Extrait du mandat)

À ce titre, le CDCPP reconnaît des activités suivantes:

  • Journées européennes du patrimoine (JEP); 
  • Programme d'évaluation des politiques culturelles; 
  • Compendium des politiques et tendances culturelles en Europe; 
  • Cités interculturelles; 
  • Convention de Faro sur la valeur du patrimoine culturel pour la société et autres conventions relatives au patrimoine architectural et archéologique; 
  • Réseau européen du patrimoine (HEREIN); 
  • Soutien à la promotion de la diversité culturelle au Kosovo; 
  • Itinéraires culturels; 
  • etc.

Accord partiel élargi itinéraires culturels (APE) et Institut européen des itinéraires culturels (IEIC)

Le programme des Itinéraires culturels a été lancé par le Conseil de l'Europe en 1987 pour mettre en évidence, à travers le voyage dans l'espace et dans le temps, le patrimoine culturel européen, pour renforcer la dimension démocratique des échanges culturels, pour contribuer à préserver la diversité du patrimoine et à renforcer la coopération culturelle, le développement durable du territoire et la cohésion sociale.

Transformé en Accord partiel élargi en 2011, le programme dépend des seuls États parties à cet APE (actuellement une vingtaine). Réunis au sein d'un Conseil de direction, ils octroient la mention "Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe" à ceux des itinéraires qui remplissent les conditions et critères requis par les résolutions de base. Celles-ci insistent particulièrement sur des thèmes ayant une importance symbolique pour l’unité, l’histoire, la culture et les valeurs européennes et la découverte de destinations méconnues. 

Le Luxembourg fait partie de l'APE et héberge depuis 1997 également l'agence de mise en œuvre du programme, l'Institut européen des itinéraires culturels (IEIC). L'IEIC fait aussi office de siège de l'APE. Sur la base d'un protocole d'accord politique signé entre le Conseil de l'Europe et le Gouvernement luxembourgeois, le Luxembourg met à la disposition de l'IEIC des locaux et des outils de travail, et contribue également à son développement par l'intermédiaire du budget du ministère de la Culture. 

L'IEIC instruit les nouveaux projets d'itinéraires, prépare l'évaluation cyclique des itinéraires certifiés, assure le suivi sur le terrain et la liaison entre les partenaires, apporte de l'aide technique aux porteurs de projets, soutient l’actualisation des modèles de gouvernance et de financement des itinéraires culturels, assure la gestion de la documentation permanente, diffuse et archive les documents d'information, etc.