Journée mondiale de la santé

Des efforts constants pour assurer la sécurité des aliments
Communiqué – Publié le

La Journée mondiale de la santé est célébrée chaque année le 7 avril 2015, date anniversaire de la création de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 1948. Elle a pour but de susciter la réflexion sur des problèmes importants de santé publique. Chaque année, un thème soulignant un domaine prioritaire de santé publique est retenu. Cette année, la Journée mondiale de la santé a pour thème: "La sécurité sanitaire des aliments".

De nouvelles menaces pour la sécurité sanitaire des aliments apparaissent sans cesse. Les changements qui interviennent dans la production, la distribution et la consommation des aliments, les changements environnementaux, les agents pathogènes nouveaux et émergents, la résistance aux antimicrobiens, posent autant de problèmes aux systèmes nationaux de sécurité sanitaire des aliments. Le développement des voyages et du commerce accroît la probabilité d’une propagation internationale de la contamination. La Journée mondiale de la santé 2015 est l’occasion de rappeler que la sécurité sanitaire des aliments doit être une responsabilité partagée.

Objectif: Améliorer la sécurité sanitaire des aliments

Les approvisionnements alimentaires étant de plus en plus mondialisés, il apparaît clairement qu’il est nécessaire de renforcer les systèmes de sécurité sanitaire des aliments dans les pays, et entre les pays. C’est pourquoi, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé, le 7 avril 2015, l’OMS encourage les efforts visant à améliorer la sécurité sanitaire des aliments, de la ferme à l’assiette, et à toutes les étapes intermédiaires.

Au Luxembourg

Au Luxembourg plusieurs administrations sont responsables de la sécurité alimentaire. La Direction de la santé, l’Administration des services vétérinaires, l’Administration des services techniques de l’agriculture, les Douanes et la Police coopèrent sous coordination de l’Organisme pour la sécurité et la qualité de la chaîne alimentaire (OSQCA) pour assurer la mise sur le marché d’aliments sûrs tant au niveau national qu’à l’importation en provenance d pays tiers.

L’Organisme pour la sécurité et la qualité de la chaîne alimentaire

L’OSQCA a pour tâches principales la mise en place du plan de contrôle de la chaîne alimentaire, la réalisation d’audits au sein des autorités compétentes, et la coordination entre les différentes administrations chargées des contrôles officiels de la chaîne alimentaire. L’OSQCA est le point de contact national du système d’alerte rapide pour la Commission européenne et pour l’EFSA (l’Autorité européenne de sécurité des aliments), et est également responsable de la formation continue nationale et européenne en matière de sécurité alimentaire. Ses membres représentent le Luxembourg dans des groupes de travail au sein de la Commission européenne, de l’EFSA et de l’Office alimentaire et vétérinaire (OAV).

Cinq clefs pour des aliments plus sûrs

La sécurité sanitaire des aliments est une responsabilité partagée. Il est important de travailler sur toute la chaîne de production alimentaire. Ainsi, dans une vidéo et une brochure, "Cinq clefs pour des aliments plus sûrs", l’OMS donne des recommandations pratiques à l’intention des distributeurs et des consommateurs concernant la manipulation et la préparation des aliments:

  • Clef 1: Prenez l’habitude de la propreté
  • Clef 2: Séparez les aliments crus des aliments cuits
  • Clef 3: Faites bien cuire les aliments
  • Clef 4: Maintenez les aliments à bonne température
  • Clef 5: Utilisez de l’eau et des produits sûrs

Hazard Analysis Critical Control Point (HACCP)

La règlementation européenne impose depuis les années 90 aux établissements alimentaires d’adopter un comportement préventif pour maîtriser les différents risques alimentaires, ceci pour empêcher tout effet défavorable sur la santé des consommateurs. Cette approche est connue sous le terme HACCP (Hazard analysis-critical control points). Il s’agit d’un système qui, sur base d’une analyse des dangers poussés, établit des mesures préventives pour maîtriser ces différents dangers liés à la production alimentaire.

Au Luxembourg, les autorités soutiennent les différentes associations professionnelles dans la rédaction de guides de bonnes pratiques adaptés aux secteurs. Par ailleurs la mise en application de ces bonnes pratiques est systématiquement contrôlée lors des contrôles officiels.

Actuellement, les petites et moyennes entreprises des métiers de la bouche, le secteur Horesca, les structures d’accueil pour enfants, ont recours à des guides de bonnes pratiques établis pour leur secteur. Les entreprises plus industrielles ont établi et mis en place des  systèmes d’autocontrôle propres à leurs activités et se basant sur les 7 principes HACCP.

Communiqué par le ministère de la Santé