Banner de la Coopération luxembourgeoise

Cabo Verde

Coopération luxembourgeoise au Cabo Verde

Les relations de coopération qu’entretiennent le Cabo Verde et le Luxembourg datent de la fin des années 80 et, en 1993, le Cabo Verde devient un pays partenaire privilégié de la Coopération luxembourgeoise, après la signature, le 3 août 1993, d’un premier accord général de coopération définissant le cadre général de l’activité de coopération dans les domaines culturel,  scientifique, technique, financier et économique entre les deux pays.

Depuis 1999, se tiennent à un rythme annuel – alternativement à Praia et à Luxembourg – des commissions de partenariat entre le Cabo Verde et le Luxembourg. Lors de la 3e Commission de Partenariat qui s’est déroulée à Luxembourg en octobre 2001, une semaine culturelle capverdienne, fort appréciée par la communauté capverdienne au Luxembourg, a eu lieu en marge de la visite officielle.

En janvier 2002, les deux pays ont signé un premier PIC pour une période de quatre ans (2002-2005) qui a contribué à plus de cohérence, de flexibilité et de durabilité dans les relations de coopération. Les secteurs prioritaires du PIC I étaient l’éducation, la santé, l’eau et l’assainissement ainsi que l’aide alimentaire.

En marge de la 7ème Commission de Partenariat, en octobre 2005, les deux pays ont signé à Luxembourg le PIC II qui conservait les mêmes secteurs prioritaires que le précédant, mais étendait le champ d’action de la Coopération luxembourgeoise à l’ensemble du territoire capverdien vers une approche programmatique de soutien à des programmes nationaux.

En juillet 2010, le PIC de 3e génération a été signé à Praia en marge des festivités organisées par le Cabo Verde pour fêter les 550 ans de la découverte de l’archipel et les 35 ans de son Indépendance. Le PIC III s’inscrit dans la continuité des deux précédents, tout en introduisant désormais l’aide budgétaire sectorielle comme nouvelle modalité de mise en oeuvre de la Coopération luxembourgeoise au Cabo Verde. Il prévoit également un fonds d’études et d’assistance technique.

Doté d’une enveloppe de 45 millions d’euros additionnels (auxquels s’ajoute le reliquat du PIC en cours), le PIC IV couvre la période 2016 à 2020 et a été signé en mars 2015 en marge de la visite de SAR le Grand-Duc. Tout en gardant les axes prioritaires de l’emploi et de l’employabilité (où le Luxembourg assume le rôle de chef de file parmi les bailleurs) ainsi que l’eau et l’assainissement, le PIC IV s’ouvre aussi aux énergies renouvelables en tant que nouveau secteur d’intervention, à une hausse substantielle de l’appui budgétaire sectoriel, à la coopération avec les acteurs décentralisés et à l’intensification des relations économiques bilatérales (dans les limites de l’aide non liée).