Banner de la Coopération luxembourgeoise

Sénégal

    Coopération luxembourgeoise au Sénégal

    Les premières relations de coopération au développement entre le Luxembourg et le Sénégal ont été établies en 1987. En 1993, le Sénégal a accédé au statut de pays partenaire privilégié de la Coopération luxembourgeoise. Un accord général de coopération entre le Luxembourg et le Sénégal a été signé en 1998, et a débouché sur l’ouverture de la mission de la Coopération luxembourgeoise à Dakar en 2001. Depuis 2007, la mission a le statut d’ambassade pour le Sénégal et le Mali. La signature du premier Programme indicatif de Coopération (PIC I 2002-2006) a eu lieu en avril 2002, celle du PIC II (2007-2011) en janvier 2007.

    Signé à Dakar le 26 octobre 2011, le troisième PIC (2012-2016) a été prolongé jusqu'à fin 2017 afin de synchroniser les activités de la Coopération luxembourgeoise aux échéances de la programmation conjointe de l'Union européenne et du Plan Sénégal Émergent. Ce dernier traduit l'ambition du Président Macky Sall de transformer le Sénégal en pays émergent d'ici 2035 en suivant un modèle de développement durable.

    L'enveloppe budgétaire indicative totale du PIC III est de 67,9 millions EUR. Une partie des activités du programme sont exécutées par des agences du système des Nations unies.  

    Le PIC III a les caractéristiques suivantes:

    • concentration géographique : les régions de Matam, Saint-Louis, Louga et Thiès, au nord ; les régions de Fatick, Diourbel, Katrine et Kaolack, dans le centre ;

    • secteurs d’intervention : enseignement technique, formation et insertion professionnelles ; santé de base, y compris la santé reproductive ; décentralisation, gouvernance locale et éducation citoyenne et bonne gouvernance ; hydraulique et eau et assainissement ;

    • thématiques transversales : genre ; bonne gouvernance ; environnement et changement climatique.

    L’innovation majeure du PIC III est que le Luxembourg et le Sénégal ont convenu d’effectuer les dépenses selon la modalité de l’exécution nationale.