Le ministère de l’Économie lance le "mois de la prévention de l’arnaque" pour sensibiliser les entreprises

Communiqué – Publié le

De nombreux entrepreneurs sont chaque année victimes d’arnaques ou de tentatives d’arnaques de différentes natures. Ces escroqueries affectent gravement les finances des entreprises puisque le préjudice annuel a été estimé pour le Benelux à 1 milliard d’euros. Les entreprises luxembourgeoises n’en restent pas épargnées comme le montrent les multiples signalements de fraudeurs reçus par le ministère de l’Économie et les chambres professionnelles en 2014.

Du 15 avril au 15 mai 2015, le ministère de l’Économie lance une action de sensibilisation aux différents types d’arnaques dont les entreprises luxembourgeoises risquent d’être victimes. La secrétaire d’État à l’Économie, Francine Closener, rappelle que les commerçants, artisans et les professions libérales sont la principale cible des arnaqueurs: "Malgré les efforts du gouvernement et des chambres professionnelles ces dernières années, le phénomène reste d’envergure. Les arnaqueurs deviennent de plus en plus rusés. Il est impératif de rester vigilant et d’apprendre à identifier toutes les tentatives d’escroquerie. Il ne faut jamais se fier aux apparences, mais prendre l’habitude de bien comprendre chaque engagement avant de le signer."

Au cours des 4 semaines à venir, la Chambre des métiers vise à mettre les entreprises en garde contre les différentes méthodes utilisées par les arnaqueurs à travers différents articles publiés sur son site internet. Le mois de la prévention de l’arnaque sera clôturé par une conférence à la Chambre des métiers en date du 12 mai 2015.

Au vu de l’envergure transnationale du problème, le ministère continue également à contribuer à la mise en place d’une plateforme d’échange d’expériences au niveau du Benelux. Décidée par une déclaration d’intention Benelux en juin 2014, la coopération des services en charge entre les 3 pays permettra aux services respectifs de se consulter, de réagir plus rapidement et de cibler davantage leurs actions.

Les 5 formes d’arnaques les plus courantes:

  • L’arnaque au répertoire professionnel qui reste une des arnaques les plus répandues. Elle consiste en une invitation à mettre à jour ou à insérer ses données dans un annuaire professionnel. L’engagement à payer des frais d’inscription sur plusieurs années figure le plus souvent en petits caractères en bas de page de la commande.
  • La fausse facture qui prend l’apparence d’une première facture ou d’un rappel laissant supposer l’existence d’un contrat, alors qu’en réalité il est inexistant. Le paiement de cette facture entraîne l’acceptation de l’offre. La facture fantôme en est une variante, et se rapporte à des services ou des biens qui n’ont jamais été fournis. L’escroc espère que cette facture sera payée par mégarde par le service administratif ou comptable de l’entreprise, ce qui arrive régulièrement.
  • Le phishing qui désigne une tentative de dérober les mots de passe de comptes bancaires ou numéros de cartes de crédit pour détourner des fonds en se faisant passer pour une banque ou un organisme bien connu.
  • Le slamming ou arnaque au nom de domaine qui se pratique par le biais d’un faux avis de renouvellement d’enregistrement du nom de domaine, par la vente de noms de domaine, par l’inscription dans un faux registre ou annuaire.
  • Le faux enregistrement de marques, dessins et modèles qui se pratique par une invitation à acquitter un montant souvent démesuré pour l’enregistrement ou le renouvellement d’une marque, d’un dessin ou d’un modèle. Cet enregistrement n’est toutefois nullement lié aux services officiels fournis par des organismes publics.

Pour obtenir la signature immédiate de la commande ou le paiement de la facture, il se peut qu’il soit fait recours à un harcèlement téléphonique plus ou moins intensif. Il s’est avéré que les arnaqueurs ont souvent suivi des cours pour apprendre à vaincre d’éventuelles réticences. En cas de non-paiement, des pressions peuvent être exercées aussi sous forme de mise en demeure soit par l’entreprise arnaqueuse, soit par une entreprise spécialisée dans le recouvrement de créances. Dans certains cas, il est proposé à la victime de sortir du contrat en échange d’un montant forfaitaire souvent élevé.

Les dix commandements pour se protéger contre l’arnaque:

  1. Vérifiez toujours l’identité exacte de votre correspondant, coordonnées comprises!
  2. Soyez vigilants à l’égard de tout entretien ou échange de mails suspect. Parlez-en à vos collègues!
  3. Ne vous fiez pas à la présentation du document ou la présentation qui vous en a été faite oralement!
  4. Avant de signer quoi que ce soit, lisez tout particulièrement les paragraphes en petits caractères!
  5. Évaluez l’intérêt de la proposition, faites un rapide calcul coût / bénéfice!
  6. Ne communiquez pas vos données personnelles ou bancaires à des inconnus, surtout s’ils y insistent!
  7. Prenez le temps de réfléchir. Plus le vendeur est pressant, plus l’affaire devient suspecte !
  8. Pour toute arnaque ou tentative d’arnaque, ou en cas de doute, adressez-vous à votre chambre ou fédération professionnelle ou contacter le ministère de l’Économie: tél. 247‑84796 | info.pme@eco.etat.lu !(*)
  9. N’hésitez pas à signaler toutes les arnaques et tentatives d’arnaques à la police grand-ducale!
  10. Sensibilisez: Échangez avec votre entourage (en interne et en externe) vos bonnes ou mauvaises expériences !

(*) Le International Consumer Protection and Enforcement Network (ICPEN), le groupe de travail "Entrepreneuriat" du Benelux et le Parquet seront tenus informés des nouveaux cas afin de pouvoir prendre d’éventuelles mesures.

Communiqué par le ministère de l’Économie