Banner de la Coopération luxembourgeoise

Partenaires de la Coopération

Dans sa politique de coopération au développement, le ministère des Affaires étrangères et européennes est en contact permanent avec une multitude de partenaires: 

  • Les pays partenaires d'Afrique, d'Asie et de l'Amérique latine sont les pays en développement sur lesquels le Luxembourg concentre sa coopération bilatérale. Il s'agit du Burkina Faso, du Cabo Verde, du Laos, du Mali, du Nicaragua, du Niger et du Sénégal.

  • Le Luxembourg soutient également des projets dans 7 pays, dits «pays à projets». Il s'agit du Vietnam, du El Salvador, du Kosovo, de l'Afghanistan, de la Mongolie, du Myanmar et des Territoires palestiniens occupés(*).

  • L'agence luxembourgeoise pour la coopération au développement Lux-Development S.A. est l'agence d'exécution pour la majorité des projets bilatéraux mis en œuvre par la coopération luxembourgeoise. Néanmoins, d'autres partenaires sont également sous mandat du ministère: ADA, Caritas, Proman et SOS Faim.

  • Les organisations multilatérales sont nombreuses avec lesquelles la coopération luxembourgeoise entretient des relations de travail, soit en leur fournissant un appui financier global, soit en participant au financement de projets spécifiques mis en oeuvre sous leur responsabilité (projets multi-bi).

  • Les ONG de développement agréées par le ministère des Affaires étrangères et européennes font appel à son appui financier pour des actions de sensibilisation (participation aux frais), des projets de coopération classiques (cofinancement) ou des programmes pluriannuels de coopération (accord-cadre). La plupart de ces ONG ont leur propre présence sur Internet.

  • Par ses relations privilégiées avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, le ministère des Finances est un interlocuteur privilégié du ministère des Affaires étrangères et européennes parmi les autres ministères luxembourgeois.

(*) Les Territoires palestiniens occupés sont à considérer comme faisant partie de la liste des principaux pays partenaires de la Coopération au développement luxembourgeoise telle que prévue à l’article 3 du règlement grand-ducal du 7 août 2012 déterminant les seuils d’intervention, le plafond financier annuel, l’apport local autre que financier ainsi que les obligations d’audit dans le cadre du cofinancement de programmes ou projets présentés par des organisations non gouvernementales de développement au titre de la loi modifiée du 6 janvier 1996 sur la coopération au développement et l’action humanitaire.