"Le bon médicament au bon patient au bon moment !"

Entrevue de la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, avec les représentants du syndicat des pharmaciens luxembourgeois asbl (SPL)
Article – Publié le

Lors de la rencontre de la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, avec les représentants du syndicat des pharmaciens luxembourgeois asbl, qui a eu lieu le 27 novembre 2015, différents sujets ont pu être abordé, dont notamment celui de la blistérisation.

En effet, il apparaît de manière de plus en plus fréquente que les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes notamment, ainsi que les services de soins à domicile, attendent des pharmaciens d'officine une préparation personnalisée systématique des doses de médicaments à administrer.

Pour le président du SPL, Alain de Bourcy, la construction d’un centre de blistérisation est d’un intérêt vital pour l’ensemble de la profession. Selon le syndicat, le procédé de blistérisation, tant officinal que machinalisé, est un procédé innovatif créant une nette amélioration de la qualité de la dispensation du médicament. Cependant, la technicité et la rigueur pharmaceutique nécessaires poseraient au pharmacien des problèmes financiers considérables.

Par blistérisation ou préparation de doses à administrer on entend la partie de l’acte pharmaceutique de dispensation qui constitue en une ou plusieurs opérations visant à déconditionner (prélèvement du médicament de son emballage d’origine) et reconditionner (mettre la forme orale nue sous blister individuel) ou surconditionner (départager un blister et remettre sous blister avec étiquette personnalisée) une forme orale sèche (comprimé, gélule). Cette activité inclut aussi le nouvel étiquetage de ces médicaments.

Dans ce contexte, la ministre de la Santé a précisé que les questions soulevées seront examinées conjointement avec le ministère de la Sécurité sociale, pour le bénéfice des patients.

Lydia Mutsch a également rappelé que le droit actuel ne prévoit pas de règle de qualité et de sécurité encadrant les opérations de préparation des médicaments.

Afin de pallier à cette lacune, un projet de loi respectif est en cours de procédures. Cette base légale déterminera un cadre de principes généraux de qualité et de sécurité à observer par les pharmaciens qui préparent de médicaments dans leur officine et notamment des médicaments à administrer.

D’autres sujets évoqués lors de l’entrevue ont porté notamment sur la mise à jour des prix des substances chimiques, ainsi que sur l’aspect juridique du calcul des anciennetés d’activité professionnelle en vue de l’attribution d’une concession de pharmacie.