Étienne Schneider a signé un accord avec la Belgique et les Pays-Bas pour accélérer l’appréhension et la solution du problème d’approvisionnement des entreprises au niveau du Benelux

Communiqué – Publié le

Le commerce de détail et l’artisanat luxembourgeois sont très souvent en concurrence directe avec des entreprises de la Grande Région. Il s’avère cependant que cette concurrence puisse être biaisée par la pratique systématique de certains producteurs et/ou de leurs intermédiaires de refuser, en vertu de restrictions territoriales de l’offre, aux entreprises luxembourgeoises le libre accès à des réseaux d’approvisionnent de leur choix. L’impossibilité pour certains commerçants et artisans luxembourgeois de choisir le circuit de distribution le plus efficient en termes de prix et d’adéquation des produits et services à la demande luxembourgeoise, représente un désavantage compétitif considérable.

Vu le préjudice subi également en partie par le secteur de la distribution en Belgique et aux Pays-Bas, les pays Benelux ont signé en date du 30 novembre 2015 à Bruxelles un accord afin d'examiner conjointement les restrictions territoriales de l'offre au sein des trois pays, et, le cas échéant, d'élaborer des pistes de solutions. L’objectif de cette initiative commune signée par les ministres Benelux de l'Économie, Kris Peeters (Belgique), Étienne Schneider et Henk Kamp (Pays-Bas) est d’accélérer l’appréhension et la solution du problème général d’approvisionnement des entreprises au niveau du Benelux en général, et au niveau du Luxembourg en particulier.

Après la signature de l’accord, le Vice-Premier ministre, ministre de l’Économie, Étienne Schneider, a déclaré: "Cette approche commune du Benelux sur initiative du Luxembourg constitue un signal fort à l’adresse de la Commission européenne. Les 3 pays s’engagent dorénavant à lutter ensemble contre les effets négatifs des restrictions territoriales. Celles-ci constituent une barrière potentielle à l'efficacité des marchés et à la fourniture transfrontalière de marchandises, ainsi qu’une entrave sérieuse au principe de la libre concurrence dans le marché intérieur. À la fois les entreprises et les consommateurs souffrent de ces obstacles au marché intérieur."

Communiqué par le ministère de l’Économie