Xavier Bettel et Carole Dieschbourg à la 21e conférence sur le climat à Paris

Communiqué – Publié le

Le 30 novembre 2015, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel et la ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, ont assisté à l’ouverture de la 21e conférence sur le climat (COP21) à Paris.

La COP21 réunit du 30 novembre au 11 décembre 2015 sur le site du Bourget à Paris les délégués des 196 parties (195 pays et l’Union européenne) ainsi que près de 50.000 participants, y compris 25.000 délégués officiels venant des gouvernements, des organisations intergouvernementales, des agences des Nations unies, des ONG, et de la société civile.

L’objectif est d’obtenir, pour la première fois en plus de 20 ans de négociations aux Nations unies, un accord universel contraignant sur le climat, associant toutes les parties et ayant pour but de maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C. Cet accord succédera au protocole de Kyoto à partir de 2020.

La première journée était dédiée aux quelque 150 chefs d’État et de gouvernement qui ont officiellement lancé la COP21 avec un appel à agir contre le réchauffement climatique.

Après l’accueil par le président de la République française, François Hollande, et le secrétaire général des Nation unies, Ban Ki-Moon, Xavier Bettel a assisté à la cérémonie d’ouverture de la COP21 où il a prononcé un discours. Le Premier ministre, Xavier Bettel, a qualifié l’année 2015 d’année charnière pour notre planète. "Après la négociation de l’accord sur le financement du développement d’Addis-Abeba et l’adoption de l’agenda 2030 pour le développement durable, la finalisation de l’accord de Paris sur le climat est indispensable pour permettre à l’humanité d’accélérer sa transition vers une société et une économie plus durables, pour un monde plus juste et plus équitable", a déclaré Xavier Bettel.

Il a mis en garde contre les conséquences du changement climatique, qui ont un impact sur tous les aspects de nos sociétés et qui risquent d’enlever toute perspective de futur aux jeunes générations. "Le Luxembourg plaide pour un accord ambitieux et crédible, contraignant et inclusif, qui adressera l’atténuation et l’adaptation sans négliger le volet des pertes et dommages si important pour les populations les plus vulnérables", a souligné Xavier Bettel tout en insistant qu’en vue de limiter l’augmentation de la température à 2 degrés Celsius au plus, il est primordial de s’accorder sur un niveau d’émissions inférieur ou proche de zéro à l’horizon 2100; sur un mécanisme dynamique permettant le réexamen régulier de nos ambitions ainsi que sur des règles claires permettant de garantir la transparence du processus.

Conscients que le changement climatique affecte en premier lieu les populations les plus vulnérables et contribue à accroître les inégalités dans le monde, le Luxembourg s’est finalement engagé à augmenter de façon significative le financement climatique international.


Communiqué par le ministère d'État