Étienne Schneider a invité les ministres européens de l’Espace pour discuter des relations entre l’UE et l’Agence spatiale européenne

Communiqué – Publié le

Le Vice-Premier ministre et ministre de l’Économie, Étienne Schneider, a invité le 30 novembre 2015 les États membres de l’UE et de l’Agence spatiale européenne (ASE) pour débattre de la coopération entre les deux organisations. En sa double qualité de président du Conseil de l’Union européenne et de co-président – avec son homologue suisse – du Conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne, le Luxembourg occupe une position privilégiée pour promouvoir une coopération plus intense entre l’UE et l’ASE.

Le Vice-Premier ministre et ministre de l’Économie, Étienne Schneider, a profité de cette double fonction pour relancer le dialogue au niveau européen et créer un nouvel élan en vue d’une coopération renforcée entre l’UE et l’Agence spatiale européenne. La réunion des ministres de l’Espace a également posé pour la première fois la question de la mise en place d’un mécanisme de fédération des besoins et des conditions d’approvisionnement de lanceurs pour des missions institutionnelles. L’accès à l’espace est un élément essentiel des activités spatiales. Trouver des moyens pour garantir cet accès aux meilleures conditions possibles constitue un enjeu de taille pour l’Europe.

Les applications et les services sont également un pilier important des activités spatiales. Leur développement offre notamment un potentiel important en termes d’innovation et de création d’emplois. L’utilisation plus systématique des moyens spatiaux en vue de mettre en œuvre les politiques sectorielles nationales et européennes était au centre des discussions. Les initiatives comme Galileo et Copernicus ne sont que le début d’un effort d’élargissement de l’utilisation des données et des infrastructures spatiales.

Le Vice-Premier ministre, ministre de l’Économie, Étienne Schneider a déclaré: "La coopération entre l’UE, l’Agence spatiale européenne et leurs États membres respectifs est, à mes yeux, un élément fondamental pour l’élaboration d’une politique spatiale ambitieuse au niveau européen. L’avenir du spatial européen repose sur la capacité de l’Europe à rassembler toutes ses capacités disponibles. Un dialogue ouvert et inclusif entre les différentes parties impliquées sera indispensable pour renforcer la position de l’Europe dans ce secteur."

Communiqué par le ministère de l’Économie