"Rettungsgasse – couloir de secours" et système d’appel automatique d’urgence – eCall

Article – Publié le

Lors d’une conférence de presse en date du 19 janvier 2016, le ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch, et le ministre de l’Intérieur, Dan Kersch, ont présenté la campagne d’information "Rettungsgasse – couloir de secours".

Initiée par les deux ministères, en collaboration avec l’Administration des services de secours, l’Administration des ponts et chaussées, la Sécurité routière ASBL, la Police grand-ducale, l’Automobile club du Luxembourg (ACL), la Fédération des garagistes (Fegarlux), l’Association des distributeurs automobiles luxembourgeois (ADAL), le Centre de formation pour conducteurs et la Société nationale de contrôle technique (SNCT), l’initiative a comme objectif d’informer le grand public sur les mesures à prendre en cas de bouchon, afin de laisser un passage libre aux véhicules de secours et de dépannage.

"Laissez le passage libre pour sauver des vies", un message pertinent qui se veut un appel à la civilité et ainsi contribuer à sauver des vies.

En cas d’accident, chaque minute, chaque seconde compte et peut décider de la vie ou de la mort. En cas d’embouteillage, les services d’intervention doivent d’abord se frayer un chemin entre les voies bloquées ou essayer d’avancer sur la bande d’arrêt d’urgence – un temps précieux est ainsi perdu !

En ménageant une voie d’urgence entre les voies de circulation, vous laissez passer les services d’intervention. Les véhicules de secours et de dépannage arrivent plus vite sur les lieux de l’accident, les blessés sont pris en charge plus rapidement, les opérations de déblaiement peuvent démarrer plus tôt et les bouchons se résorbent plus facilement.

Dès les premiers signes de ralentissement de la circulation, il faut ménager un couloir de secours et laisser le passage libre aux véhicules de secours.

Supports de la campagne:

  • 50 000 dépliants distribués par les partenaires;
  • 45 panneaux routiers sur réseau national;
  • affichage "full back" sur 15 autobus du réseau RGTR;
  • autocollants sur véhicules de secours et dépannage;
  • annonces presse (couverture nationale);
  • signalétique 27 ascenseurs parkings ainsi qu’aux MDDI, ministère de l’Intérieur, ASS;
  • bannières web et mobile (couverture nationale et frontalière);
  • affichage de messages sur displays autoroutiers "CITA";
  • info trafic sur radios: rappel en cas de bouchons.

eCall: système d'appel d'urgence automatique en cas d'accident de la route

Le Conseil de l’Union européenne a adopté le 2 mars 2015, sa position concernant les exigences en matière de réception par type pour l'installation dispositifs eCall dans les nouveaux véhicules à moteur.

Le système eCall à l'échelle de l'UE, est destiné à accélérer l'intervention des services d'urgence lors d'accidents de la circulation.

Les nouveaux véhicules devront être équipés de dispositifs sans fil qui déclencheront automatiquement l'appel au numéro d'urgence 112.

Le système eCall contribuera à réduire le nombre de blessés et de tués dans des accidents de la route dans l'Union européenne.

Le nouveau système devrait réduire de moitié les temps de réaction des services d'urgence, permettant ainsi de sauver des vies et de traiter rapidement les blessures.

Mise en œuvre

À compter du 31 mars 2018, les constructeurs automobiles devront équiper tous les nouveaux modèles d'une technologie embarquée qui communiquera avec le service interopérable eCall fondé sur le numéro 112.

L'infrastructure destinée au système eCall devrait être en place d'ici le 1er octobre 2017. Tous les consommateurs pourront l'utiliser, et ce gratuitement.

Accès à d'autres services d'urgence à distance

Il sera également possible de de déclencher manuellement un appel d’urgence vers le 112, le système de contrôle manuel étant installé de manière à empêcher un déclenchement intempestif.

En cas d’activation une communication vocale est établie avec le central d’urgence 112 et une série de données sont transmis automatiquement:

  • localisation précise (coordonnées GPS) du véhicule;
  • heure et mode de déclenchement (manuel/automatique);
  • numéro châssis (VIN);
  • nombre d’occupants.

Les véhicules ne font pas l'objet d'une surveillance constante et les données relatives aux positions précédentes du véhicule seront effacées en permanence. Les données ne seront pas communiquées à des tiers sans le consentement du propriétaire du véhicule.