Jean Asselborn au Conseil "Justice et affaires intérieures" à Bruxelles

Communiqué – Publié le

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, ministre de l’Immigration et de l’Asile du Luxembourg, Jean Asselborn, a participé au Conseil "Justice et affaires intérieures" (JAI) de l’Union européenne, qui s’est tenu le 25 février 2016 à Bruxelles.

Le Conseil a réussi à dégager une orientation générale sur le règlement en ce qui concerne le renforcement des vérifications dans les bases de données pertinentes aux frontières extérieures. Ce règlement, qui doit modifier le code frontières Schengen, vise à renforcer la sécurité au sein de l’UE en rendant obligatoire la vérification des données des citoyens de l’UE lorsqu’ils se présentent à un point de passage d’une frontière extérieure. Suite à la proposition de la Commission européenne de décembre 2015, la présidence néerlandaise dispose à présent d’un mandat de négociation afin d’entamer les trilogues avec le Parlement européen.

Lors du débat qui a précédé l’accord au Conseil, le ministre Jean Asselborn a estimé que "notre sécurité collective, celle de chaque citoyen, dépend du maillon le plus faible dans la chaîne de contrôle des États Schengen", tout en soulignant qu’il était à présent important de procéder rapidement avec les négociations.

Les ministres ont ensuite entendu un état des lieux des négociations en ce qui concerne la proposition relative à la création d’un corps européen de garde-frontières et de garde-côtes. Un corps européen pourrait mutualiser les ressources de Frontex et des États membres de l'UE et serait chargé de surveiller les flux migratoires, de repérer les points faibles ainsi que de prendre les mesures nécessaires lorsqu'une frontière extérieure de l'UE est sous pression. Les ministres se sont mis d’accord sur un calendrier de négociations ambitieux.

À la suite du Conseil européen des 18 et 19 février 2016, et en amont de la prochaine réunion des chefs d’État ou de gouvernement avec la Turquie, le Conseil JAI a fait le point sur la mise en œuvre des mesures existantes en matière de migration, ainsi que sur la situation sur la route des Balkans occidentaux. Lors de son intervention au Conseil JAI, le ministre luxembourgeois Jean Asselborn a fait un appel véhément en faveur d’une réponse commune et européenne à la crise migratoire. Jean Asselborn a ainsi appelé ses partenaires européens à mettre toutes les ressources possibles dans les déploiements de Frontex, d’EASO (European Asylum Support Office), du UNHCR et de l’OIM (Office international pour les migrations), afin d’offrir un dispositif de soutien à la Grèce et à l’Italie. Dans ce contexte, il a souligné que la procédure lancé sous les articles 19 et 26 du Code frontières Schengen ne constitue pas une procédure punitive, mais doit justement se faire dans une logique d’appui et de coordination. Le ministre Jean Asselborn a également appelé de ses vœux une meilleure coordination entre États membres et pays tiers, afin de prévenir l’émergence de routes alternatives.

Enfin, le Conseil a permis aux ministres d’avoir un échange de vues sur la coopération entre l’UE et la Turquie, en présence du vice-ministre turc de l’Intérieur. Selon Jean Asselborn, "il est primordial de continuer et de renforcer le partenariat avec la Turquie qui fait partie intégrante d’une solution efficace sur le long terme".

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes