Les autorités luxembourgeoises réitèrent leur revendication d’une transposition scrupuleuse de la directive Euratom 2014 par la France et demandent un avis à la Commission européenne

Communiqué – Publié le

Suite à la publication le 26 février 2016 dans le journal Trierischer Volksfreund d’un rapport commandé par le groupe des Verts au parlement allemand et listant des défauts de sécurité de la centrale nucléaire de Cattenom sur 70 pages, la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, et la ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, ont réitéré le 26 février 2016 leur revendication envers les autorités françaises d’appliquer scrupuleusement la nouvelle directive 2014/87/Euratom. Celle-ci établit un cadre communautaire pour la sûreté nucléaire des installations nucléaires.

De par cette directive, il deviendra en effet obligatoire d’orienter les améliorations de sûreté aux objectifs imposés pour un nouveau réacteur. La question de l’amélioration de la sûreté nucléaire est d’ailleurs régulièrement évoquée dans le cadre des réunions bilatérales entre le Luxembourg et la France.

De ce qui ressort du journal allemand, les critiques énumérées dans le rapport semblent rejoindre celles exprimées lors du stress test réalisé en 2012 par l’expert engagé conjointement entre la Rhénanie-Palatinat, la Sarre et le Luxembourg. Les autorités luxembourgeoises vont en échanger également avec leurs homologues allemands.

En outre, les ministres de la Santé et de l’Environnement estiment judicieux que la Commission européenne donne son avis sur le rapport, notamment en ce qui concerne les critiques liées aux travaux réalisés afin d’améliorer la sûreté conformément aux mesures fixées suite au stress test mentionné ci-dessus. Une demande y relative sera introduite à la Commission.

Communiqué par le ministère de la Santé / ministère du Développement durable et des Infrastructures