Conseil Agriculture et Pêche à Bruxelles

Communiqué – Publié le

Le ministre de l’Agriculture de la Viticulture et de la Protection des consommateurs, Fernand Etgen, a participé au Conseil "Agriculture et Pêche" qui s’est tenu le 14 mars 2016 à Bruxelles sous la présidence de Martijn van Dam, ministre de l’Agriculture des Pays-Bas.

Le Conseil s’est majoritairement focalisé sur la situation du marché et des mesures de soutien, ainsi que sur les instruments financiers dans le secteur agricole. Suite à la demande de la Commission, les États-membres ont proposé des initiatives afin de pouvoir remédier à court terme ainsi qu’à long terme à la crise actuelle dans ce secteur.

Le retour vers un système de quotas s’est vu rejeté par la majorité du Conseil. Une solution sans solidarité et sans marché interne n’est pas envisageable. La nécessité d’une démarche au niveau de l’Union européenne se fait ressentir, car la crise se situe au niveau européen et se doit dès lors d’être résolue à ce niveau et non uniquement au niveau de nos agriculteurs.

La présidence a conclu qu’un large accord existe sur un paquet de mesures avec une panoplie de solutions proposées afin de pouvoir pallier à une crise causale par des solutions multifonctionnelles. Ainsi, le Luxembourg a émis son intérêt profond à envisager une augmentation du plafond des aides "de minimis" (un montant d'aide qui peut être versé par les États-membres à leurs agriculteurs), ceci afin de permettre aux États de soutenir leurs agriculteurs plus rapidement dans un cadre juridique sécurisé. L’augmentation du "de minimis" permettrait à la fois la mise en œuvre de nouvelles mesures d'aides étatiques et d’un plus haut degré de flexibilité dans les mesures de soutien.

La présidence néerlandaise a constaté qu’une grande majorité des États-membres est prête à envisager un régime volontaire de réduction de la production du lait. Ce système pourrait ensuite se voir soutenu par une aide étatique supplémentaire. La Commission n’a cependant pas pu débloquer de fonds à cet effet. Toutefois, en contrepartie, les États-membres sont octroyé d’une très grande flexibilité sur les aides étatiques.

Concernant la viande porcine, un nouveau régime de stockage privé sera mis en place d’ici fin 2016. Les modalités sont actuellement en phase de conception. Des efforts pour la promotion dans les marchés intérieurs et extérieurs sont envisagés. Le Commissaire a souligné que des efforts seront faits pour lancer de nouveaux marchés dans des pays tiers. Aussi la position des producteurs a été mentionnée, avec pour soucis de renfoncer la chaîne alimentaire. Il est important de souligner que sur base de ce paquet de mesures, tous les opérateurs se doivent d’être solidaires et de prendre ces mesures à cœur.

Le Conseil suivra de près la situation afin d’en débattre lors du prochain Conseil au mois de juin à Luxembourg au plus tard.

Notre ministre Fernand Etgen comprend l’impatience de nos agriculteurs et croit que ce paquet de mesures va dans la bonne direction, car elles permettent par diverses possibilités de soulager nos entreprises. Ce paquet de mesures sera finalisé par les instances concernées afin de pouvoir être applicable le plus rapidement possible.

Communiqué par le ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs