Lydia Mutsch: "Il faut intégrer la dimension du genre dans la prévention et la prise en charge des femmes et hommes infectés au VIH"

Communiqué – Publié le

Dans le cadre d’une conférence organisée le 22 mars 2016 par le ministère de l’Égalité des chances en coopération avec la "HIV Berodung" de la Croix-Rouge luxembourgeoise, des experts nationaux et internationaux ont discuté de la question de l’existence d’une différence des genres face au VIH. La conférence a essayé de mettre en évidence des éléments de réponse à la question en quoi le fait d’être un homme ou une femme influence les processus psychosociaux engendrés par l’infection au VIH.

Dans son discours, Lydia Mutsch, ministre de l’Égalité des chances, a souligné qu’en dépit des progrès médicaux considérables des dernières décennies, le VIH continue d’être une maladie qui fait l’objet de stigmatisations, de discriminations et de préjugés ayant un impact psychique et social considérable sur le quotidien des femmes et des hommes infectés au VIH. Il est important, voire indispensable de lutter contre et de déconstruire ces préjugés à travers le dialogue et l’information.

La ministre a en outre relevé l’importance d’une approche pluridisciplinaire tenant compte de la dimension des genres pour améliorer de manière ciblée la prévention d’une part, et la prise en charge médicale et psychosociale des personnes infectées au VIH, d’autre part. Cet objectif ne peut être atteint qu’à travers une coopération étroite entre tous les professionnels en médecine, du travail social et du monde associatif.

Communiqué par le ministère de l’Égalité des chances