Carole Dieschbourg et François Bausch défendent la mobilité mixte verte au Conseil informel conjoint des ministres des Transports et de l’Environnement sur la mobilité durable et le climat à Amsterdam

Communiqué – Publié le

Le 14 avril 2016, Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement, et François Bausch, ministre du Développement durable et des Infrastructures, ont participé au Conseil informel des transports et de l’environnement à Amsterdam. A côté de leurs collègues européens et des commissaires concernés ainsi que certains députés européens, la présidence néerlandaise avait également invité la Suisse, l’Islande, la Norvège et la Turquie ainsi que les principales ONG et l’industrie automobile.

Le thème de la rencontre fut l’innovation et le déploiement de solutions intelligentes et vertes pour une mobilité plus durable et efficace en Europe. Les ministres des Transports se sont primordialement intéressés à la coopération dans le domaine de la conduite automatisée et connectée alors que les ministres de l’Environnement se sont penchés sur la mobilité verte.

Véhicules autonomes et connectés: une vision commune

François Bausch est intervenu dans le débat pour rappeler certains éléments essentiels de la vision luxembourgeoise en matière de mobilité intelligente et durable. Dans la même veine que le président de la commission transports du Parlement européen, Michael Cramer, le ministre Bausch a souligné "qu’il faut d’abord déterminer un concept et une vision pour la mobilité et établir les véritables besoins avant de généraliser de nouvelles technologies. Je préconise une approche multimodale dans laquelle les véhicules pleinement autonomes pourront être intégrés comme un outil utile allant de pair avec les transports publics et la mobilité douce". Les ministres des Transports ont adopté une déclaration qui porte une vision commune sur l’introduction de véhicules autonomes et connectés sur les routes européennes.  

Des efforts substantiels de l’industrie automobile nécessaires pour regagner la confiance

Dans une séance parallèle la ministre Dieschbourg a défendu la vision d’une mobilité mixte verte basée avant tout sur les transports publics, les solutions de partage de véhicules et la mobilité durable. La ministre a expliqué que les solutions technologiques en soi n’améliorent pas la situation, mais qu’il faut œuvrer un changement de paradigme et notamment les habitudes en matière de mobilité. Ceci implique une prise en compte des véritables besoins de mobilité.

L’objectif premier d’une politique durable devrait viser la réduction du trafic moyennant un aménagement du territoire mieux réfléchi et la priorité aux transports publics, de l’intégration de la mobilité active et le recours aux solutions de la mobilité intelligente.

Carole Dieschbourg a en outre souligné l’importance du respect et l’amélioration des normes concernant la qualité de l’air:"Nous devons faire tous les efforts possibles pour accélérer le déploiement de véhicules propres. Puisque le moteur à combustion ne disparaîtra pas du jour au lendemain, je m’attends à un renforcement progressif des exigences aux constructeurs automobiles au-delà des seuils fixés à l’horizon 2020. L’industrie automobile doit faire des efforts beaucoup plus substantiels, si elle veut regagner la confiance des citoyens".

Les ministres luxembourgeois sont finalement intervenus dans une session commune dédiée à la mobilité innovatrice pour confirmer que l’accent en termes de mobilité ne devra à l’avenir plus se trouver sur les véhicules individuels, mais qu’il importe de préconiser des solutions multimodales durables.

Communiqué par le ministère du Développement durable et des Infrastructures