Xavier Bettel et Romain Schneider au 1er Sommet mondial sur l’action humanitaire à Istanbul

Communiqué – Publié le

Les 23 et 24 mai 2016, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, s’est rendu à Istanbul pour participer au 1er Sommet mondial sur l’action humanitaire. Il était accompagné par le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider.

Lors de ce sommet, les chefs d’État et de gouvernement ont réaffirmé leur engagement commun à l’égard de l’humanité et de l’universalité des principes humanitaires. Ils ont convenu de générer un leadership mondial pour prévenir et mettre fin aux conflits et contribuer à alléger les souffrances humaines causées par les conflits armés, les catastrophes naturelles et les épidémies.

Dans son discours à l’occasion de la session plénière, le Premier ministre, Xavier Bettel, a constaté que "le système humanitaire n’est plus à la hauteur pour répondre aux besoins créés par les crises prolongées – conflits armés, catastrophes naturelles et épidémies – tant celles qui font la une des actualités que celles qui sont oubliées." Il a estimé que "la principale raison de la faiblesse du système humanitaire ne résulte pas du déficit financier mais surtout du manque d’accès aux populations les plus vulnérables et du rétrécissement de l’espace humanitaire.» Le Premier ministre a ainsi déclaré qu’"il importe de manière urgente de remettre la protection au centre de l’action humanitaire et de réaffirmer la spécificité du mandat de l’action humanitaire, qui n’est pas un instrument subordonné à des agendas de politique étrangère, mais un instrument et une politique à part entière."

Il a souligné que le Luxembourg poursuit activement une politique humanitaire, dont l’objectif premier constitue la promotion de la protection des groupes vulnérables et des communautés discriminées mais aussi de mieux prendre en compte les besoins spécifiques de ces groupes en ajoutant que "l’éducation en situation de crise constitue un facteur clé faisant en sorte que les jeunes jouent un rôle significatif dans leurs communautés."

Xavier Bettel a expliqué que depuis de nombreuses années, le Luxembourg renforce la prévisibilité de ses contributions aussi bien par des accords pluriannuels que par des contributions sans affectation spécifique.

Le Premier ministre a annoncé que le Luxembourg redoublera d’efforts pour promouvoir le respect du droit international humanitaire, et en particulier l’interdiction des mines antipersonnel ainsi que le code de conduite concernant les atrocités de masse.

Finalement, Xavier Bettel a appelé à un arrêt de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées et à la protection des infrastructures civiles contre les attaques ciblées ou indiscriminées.

Le Premier ministre a en outre participé à une table ronde de haut niveau intitulée "Financement humanitaire – investir dans l’humanité", présidée par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, ainsi qu’à une session spéciale, portant sur la finance sociale islamique. En marge du sommet, il a également eu des entrevues avec plusieurs chefs d’État ou de gouvernement en vue d’approfondir les relations bilatérales.

De son côté, Romain Schneider a annoncé que le Luxembourg souscrit au Grand Bargain. "Nous comptons porter à 5% les financements que nous attribuons directement à des organisations locales d’ici 2020". Le Grand Bargain vise à mettre en place un cadre plus efficace, flexible, transparent et qui maitrise les coûts pour le financement humanitaire.

Le Luxembourg a rejoint la Globale alliance for humanitarian innovation (GAHI), lancée à Istanbul, qui vise à promouvoir des outils et pratiques innovants pour la préparation et la réponse aux crises humanitaires.

De plus, le ministère Romain Schneider a signé la charte pour l’inclusion de l’handicap dans l’action humanitaire, qui affirme la détermination des signataires à rendre l’action humanitaire inclusive pour tous et de prendre les mesures nécessaires pour pouvoir subvenir aux besoins des personnes handicapées en toute situation. Le Luxembourg a également souscrit au «Call to Action» pour lutter contre les actes de violence à l’égard des femmes dans les situations d’urgences. C’est une initiative multipartite lancée en 2013, qui vise à transformer la manière de laquelle ces violences sont adressées dans les urgences humanitaires.

Communiqué par la Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire / ministère d'État