Étienne Schneider réitère son opposition au financement de la recherche nucléaire par des fonds européens

Communiqué – Publié le

En marge du Conseil Énergie de l’Union européenne qui s’est tenu à Luxembourg en date du 6 juin 2016, les ministres compétents pour l'énergie des États riverains de la mer du Nord (Danemark, Allemagne, Irlande, Norvège, Suède et France), en ce compris les pays Benelux, et la Commission européenne ont apposé leur signature à une déclaration qui établit une feuille de route concrète pour construire un réseau intégré de parcs éoliens en mer du Nord. L’objectif est de créer de bonnes conditions pour le développement à grande échelle de l’énergie éolienne en mer et d’assurer ainsi un approvisionnement en énergie durable, sûr et à un coût abordable dans les pays des mers du Nord.

Lors de la cérémonie de signature, le Vice-Premier ministre, ministre de l’Économie, Étienne Schneider a souligné l’importance de la relance de ce projet pour la réalisation des objectifs européens dans le domaine des énergies renouvelables et du changement climatique.

Étienne Schneider a ensuite participé au Conseil Energie de l’Union européenne où il est intervenu lors du débat sur la sécurité d’approvisionnement en gaz en soulignant l’importance du principe de solidarité entre États membres. "Il n’y aura d’Union de l’énergie crédible et digne de ce nom sans des actes concrets derrière le mot solidarité", a souligné le Vice-Premier ministre, ministre de l’Économie.

Enfin, Étienne Schneider est intervenu afin de rappeler son opposition totale à l’utilisation du budget de l’Union européenne pour la recherche dans le domaine des nouvelles technologies nucléaires: "Je suis respectueux des Traités et de la liberté de chaque État membre pour définir son mix énergétique et établir s’il le souhaite, des coopérations technologiques avec d’autres partenaires de l’UE et hors de l’UE, y compris dans le domaine nucléaire. Pourtant, je ne peux absolument pas accepter que la promotion de la recherche nucléaire se fasse avec des fonds européens." Le Vice-Premier ministre, ministre de l’Économie, a été soutenu sur ce point par ses collègues allemand, autrichien et grec.

Communiqué par le ministère de l’Économie