Jean Asselborn, lauréat du "Grand Prix des médias" à Berlin

Communiqué – Publié le

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, s’est vu décerner le Grand prix des médias de l’association du Prix franco-allemand du journalisme (PFAJ), le 29 juin 2016 à Berlin.

L’association du PFAJ regroupe les principaux médias allemands et français, dont notamment la Radio-Télévision Sarroise (SR), ZDF, Deutschlandradio, France Télévisions, Saarbrücker Zeitung, ARTE et Deutsche Welle. Depuis 1983, l’association décerne chaque année le Grand prix des médias à une personnalité présente ou active dans les médias allemands, français et européens, qui, par ses travaux, a manifesté un intérêt particulier pour l’approfondissement des relations culturelles entre la France et l’Allemagne. Parmi les lauréats du prix, on compte notamment Valéry Giscard d’Estaing, Helmut Schmidt, Simone Veilet et Alfred Grosser.

Jean Asselborn est le premier lauréat du Grand prix des médias à n’être ni Allemand et ni Français. Il s'est vu décerner le prix "pour son engagement en faveur de l’intégration européenne et pour sa fermeté face aux atteintes récentes portées aux libertés de la presse et d’expression dans certains pays de l’Union européenne".

Devant plus de 300 invités venus de France et d’Allemagne, le président du PFAJ et PDG de la Radio-Télévision sarroise (SR), Thomas Kleist, a loué la conduite de Jean Asselborn face à l’évolution de la situation en Europe au cours de ces derniers mois: le ministre a toujours clairement exprimé son désaccord lorsqu’il pensait que certains pays dépassaient les limites, notamment envers la presse. Dans son discours, Thomas Kleist a souligné le rôle de cette dernière dans le maintien de l'idéal européen.

Se disant extrêmement honoré par cette distinction, Jean Asselborn a profité de l'occasion pour insister sur le rôle important de la presse. "C'est la presse qui doit contrôler le gouvernement, et non l’inverse", a-t-il déclaré, en ajoutant qu'il fallait, bien sûr, s'en tenir à certaines règles. "Mais ces règles doivent être fixées par le législateur et non pas par un conseil de surveillance dominé par un seul parti politique" a expliqué Jean Asselborn. "L'Union européenne ne peut instaurer un dialogue sur les droits fondamentaux si elle viole ces droits de son côté".

Dans le cadre de la cérémonie de remise du Grand prix des médias, le ministre Asselborn a par ailleurs participé à un forum d'experts avec le ministre fédéral des Finances de l’Allemagne, Wolfgang Schäuble. Les deux ministres se sont livrés à une séance de questions réponses avec le public, qui était composée d’étudiants de Sciences Po Paris et de la Freie Universität Berlin. Les discussions ont porté sur l’actualité politique européenne, en traitant notamment de la coopération franco-allemande et européenne, ainsi que du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l'UE.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes