Jean Asselborn à la réunion informelle des ministres de la Justice et des Affaires intérieures (JAI) de l’UE à Bratislava

Communiqué – Publié le

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, ministre de l'Immigration et de l'Asile, Jean Asselborn, a participé à la réunion informelle des ministres de la Justice et des Affaires intérieures (JAI) qui s'est tenue à Bratislava en Slovaquie, le 7 juillet 2016.

La réunion informelle JAI a tout d'abord permis aux ministres de poursuivre leurs travaux sur la gestion de la crise migratoire, en traitant notamment de la migration en tant que sujet d'une responsabilité globale et de la réforme du régime d'asile européen commun.

"La migration relève d'un phénomène global et la présidence slovaque a raison de mentionner qu'il s'agit d'une responsabilité universelle" a estimé le ministre Asselborn, avant d'ajouter que "la responsabilité de la prise en charge est certes globale, mais elle n'en décharge pas pour autant les niveaux européens et nationaux. Les efforts universels et européens ne peuvent être efficaces que s'ils peuvent s'appuyer sur des efforts nationaux conséquents, que ce soit en matière de politique d'accueil ou en matière de politique d'intégration".

Le ministre Asselborn a par ailleurs plaidé pour un rythme accéléré dans les travaux concernant la réforme du régime d'asile européen commun, en insistant tout particulièrement sur la refonte du règlement de Dublin. À ce sujet, plusieurs intervenants ont souligné la nécessité d'un système effectif et d'une répartition équitable de la charge.

Les échanges de vues des ministres ont également porté sur la proposition de règlement relatif au corps européen de garde-frontières et de garde-côtes et sur l'idée de l'ETIAS (EU Travel Information and Authorisation System).

Dans ce contexte, il importe de soutenir entièrement la voie amorcée, l'important étant d'agir sur les lacunes à l'origine des risques qui peuvent mettre en péril l'intégrité du dispositif de contrôle aux frontières extérieures. Dès lors, la formation de la réserve d'intervention rapide est une priorité, à côté du lancement d'une coopération opérationnelle renforcée de Frontex avec les autorités de certains pays tiers.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes