"Vie et société": Un jalon dans l’histoire de l’école luxembourgeoise

Article – Publié le

Le 7 juillet 2016 est le jour du vote de la loi introduisant le cours "Vie et société" dans l’enseignement secondaire et secondaire technique et du lancement à l’IFEN de la première formation pour les enseignants qui dispenseront le cours. C’est aussi le jour que le ministère de l’Éducation nationale a choisi pour fournir à la presse les informations générales sur ce cours inédit.

Abordée comme un projet pilote, le projet a commencé par l’élaboration d’un document-cadre, conçu comme une sorte de cahier des charges, sur base duquel a été rédigé un programme directeur avec des champs d’apprentissage et des concepts didactiques. Le but de cette « approche moderne » n’est pas d’élaborer un programme jusque dans les derniers détails, mais d’offrir un cadre de cours, matérialisé par 70 à 80 supports didactiques comme autant de pistes et de suggestions pour la préparation des cours.

Au plus près des réalités luxembourgeoises

Innovante est aussi la méthode participative choisie, avec de nombreuses consultations d’associations et de membres de la société civile pour ancrer le cours au plus près des réalités luxembourgeoises. Les conclusions tirées de ce processus ont trouvé écho dans le projet de loi concernant le développement curriculaire, qui sera déposé d’ici fin juillet 2016. Ainsi, une nouvelle division du Script (Service de la coordination de la recherche et de l'innovation pédagogiques et technologiques) offrira davantage de moyens et un vrai dispositif pour accompagner les commissions des programmes. Un Conseil national des programmes facilitera les contacts avec la société civile.

Concernant "Vie et société", l’échange se poursuivra au-delà de l’introduction du cours puisqu’il est prévu que les enseignants puissent participer à son évolution à travers leurs commentaires et propositions de contenus ou de formations, par exemple. Le groupe de travail chargé de l’élaboration du cours, coordonné par le Script, réfléchit aussi à un concept pour consulter les élèves. Une commission nationale des programmes sera parallèlement en charge de développer du matériel didactique, que ce soit sous forme de manuel ou en version numérique.

Un site internet pour tout savoir

Déjà 233 enseignants ont entamé le 7 juillet une formation de 16 heures, le temps de se familiariser avec cette nouvelle discipline, de découvrir les ressources – livres, mallettes didactiques, films... - mises à disposition par l’IFEN et d’aborder un module thématique.

D’ici la rentrée 2016, les enseignants disposeront de 70 à 80 supports didactiques (Lehrerhandreichungen), publiés sur le site www.vieso.lu. Ces "fiches" reprennent le sujet, les buts pédagogiques, les compétences visées et proposent un déroulement du cours et des sources pour l’alimenter. Il ne s’agit surtout pas d’un cours clé en main mais d’une trame pour guider la réflexion.

Le but du cours est de "créer le débat". L’élève doit être capable de se construire sa propre opinion, en acquérant le savoir nécessaire pour la motiver, et de la confronter à celle des autres. L’issue du débat lancé doit rester ouverte et l’élève ne doit jamais penser qu’on lui impose une opinion. "C’est une branche qui doit poser des questions, pas transmettre du savoir".

Le cours sera introduit à la rentrée 2016-2017 dans tout l’enseignement secondaire et secondaire technique, régime préparatoire inclus, et sera doté d’un coefficient 2.

A côté du site internet www.vieso.lu qui vient d’être présenté et qui s’adresse aussi bien aux enseignants qu’aux parents et aux élèves, une brochure d’information sera envoyée aux parents en même temps que les bulletins de fin d’année.