Premier bilan positif après vingt-cinq lycées visités

Article – Publié le

Vingt-cinq établissements ont déjà été visités depuis janvier 2016, quinze sont encore au programme d’ici décembre. Cela représente un mois complet de l’emploi du temps du ministre, qui s’est dit reconnaissant "pour ces moments passés ensemble. Du temps bien investit, qui m’a confirmé que les écoles sont capables de se développer et de s’adapter, si on leur laisse une marge de manœuvre".

"La politique éducative ne peut se faire qu’avec et sur le terrain et la qualité du système scolaire ne peut être garantie que si les écoles sont soutenues par le ministère", a insisté Claude Meisch. Le ministre s’est dans ce contexte réjoui du calme revenu, indispensable à une bonne coopération. "Nous avons tendu la main aux écoles, elles l’ont saisie", est-il persuadé.

Au fil des visites, pas moins de cent-cinquante projets ont été présentés, souvent très différents, pour répondre aux défis qui se posent aux lycées, confrontés à une "hyperdiversité" de la population scolaire. L’innovation est là, les exemples de bonnes pratiques sont légion, notre enseignement est beaucoup plus diversifié que nous le pensons – avec des nouvelles sections en sciences naturelles, en sciences sociales, des classes sportives ou musicales, des offres linguistiques spécifiques, des alternatives à la langue véhiculaire, la promotion des talents... "Ce qui est déjà mis en place doit continuer à grandir", a promis le ministre.

Dans ce contexte, il a annoncé qu’un paquet législatif de huit lois et deux règlements grand-ducaux – au centre duquel figure la réforme du secondaire – sera soumis au conseil de gouvernement à la fin du mois de juillet. Il s’agira d’un "cadre flexible pour que les écoles puissent trouver des réponses différentes à des défis différents".