Xavier Bettel et Étienne Schneider au sommet de l'OTAN à Varsovie

Article – Publié le

Du 8 au 9 juillet 2016, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, et le Vice-Premier ministre, ministre de la Défense, Étienne Schneider, ont participé au sommet de l'OTAN à Varsovie en Pologne.

Le sommet intervient à un moment déterminant pour la communauté internationale. Ces dernières années, certains des principaux fondements de l’architecture de sécurité européenne sont mis à mal. L’OTAN s’adapte à ce nouvel environnement de sécurité, tout en restant déterminée à remplir les trois tâches fondamentales que sont la défense collective, la gestion de crise et la sécurité coopérative.

Le vendredi 8 juillet, les dirigeants des pays de l'OTAN ont décidé de renforcer la présence de l'Alliance dans l'est, avec le déploiement par rotation de quatre bataillons, en Pologne, en Estonie, en Lettonie et en Lituanie, qui devront être en place à partir de l'an prochain.  Ils sont aussi convenus de développer une présence avancée adaptée dans le sud-est du territoire de l'Alliance.  Les Alliés ont par ailleurs déclaré la capacité opérationnelle initiale de la défense antimissile balistique de l'OTAN, se sont engagés à renforcer leurs propres moyens de cyberdéfense et ont fait du cyberespace un nouveau domaine opérationnel.

"Une OTAN forte, unie et déterminée reste un pilier essentiel de la stabilité dans un monde turbulent et un facteur clé de la paix et de la sécurité internationales", a déclaré le Premier ministre dans son intervention à l’occasion de la séance d’ouverture. "Nous sommes convaincus de la nécessité de continuer de travailler sur un dialogue régulier, ciblé et significatif avec la Russie pour éviter tout malentendu et incident pouvant mener à une escalade involontaire." Au sujet de la prévention de conflits, Xavier Bettel a expliqué que "le Luxembourg a progressivement augmenté son aide public au développement et à la coopération afin de donner une perspective et un meilleur avenir aux populations concernées, ce qui constitue pour nous un investissement dans la prévention de conflits."

Au cours d’un dîner de travail consacré aux relations entre l’OTAN et la Russie, Xavier Bettel a estimé qu’"un dialogue régulier et ciblé avec la Russie est essentiel pour éviter des tensions."

Le 9 juillet, les dirigeants ont pris des décisions en vue de la projection de la stabilité au travers du soutien aux partenaires, et ils ont notamment décidé de lancer une initiative de formation et de renforcement des capacités en Iraq. Ils ont également décidé que des avions de surveillance Awacs de l'OTAN fourniront des informations à la coalition internationale contre l'État islamique en Iraq et au Levant (EIIL), et sont convenus d'étendre leur présence maritime en Méditerranée.

En outre, les Alliés et les partenaires contribuant à la mission Resolute Support menée par l'OTAN en Afghanistan se sont entretenus avec le président Ghani et le chef de l'exécutif, M. Abdullah. Dans son intervention, le Premier ministre a estimé qu’"il est important que le gouvernement afghan accompagne l’engagement de l’OTAN et de la communauté internationale en poursuivant les réformes qui s’imposent." Il a été décidé de poursuivre la mission Resolute Support au-delà de 2016 et les engagements de soutien financier en faveur des forces afghanes jusqu'en 2020 ont été confirmés.

Le sommet s'est terminé par une réunion de la Commission OTAN-Ukraine, où les dirigeants des pays de l'Alliance ont examiné avec le président Petro Porochenko la situation en matière de sécurité. Par ailleurs, ils ont salué les plans de réforme mis en place par le gouvernement ukrainien et ont entériné un ensemble complet de mesures d'assistance en faveur de l'Ukraine. En marge du sommet, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a signé avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le président de Conseil européen, Donald Tusk, une déclaration commune qui donne au partenariat entre l'OTAN et l'Union européenne un nouveau niveau d'ambition et qui énumère les domaines dans lesquels l'OTAN et l'UE renforceront leur coopération, notamment la sûreté maritime et la lutte contre les menaces hybrides.