Visite au Luxembourg du secrétaire d’État des États-Unis, John Kerry

Communiqué – Publié le

Sur invitation du ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, le secrétaire d’État des États-Unis, John Kerry, a effectué une visite de travail au Luxembourg les samedi 16 et dimanche 17 juillet 2016. Il s’agissait de la première visite d’un secrétaire d’Etat américain au Luxembourg depuis 2005.

Le secrétaire d’Etat a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, pour une entrevue bilatérale à l’Hôtel Saint-Maximin, le samedi 16 juillet.

La réunion a permis aux deux hommes de se pencher sur les relations entre le Grand-Duché et les États-Unis, sur l’évolution des relations transatlantiques ainsi que sur des dossiers de politique internationale, dont notamment les conflits actuels au Proche- et Moyen-Orient.

Faisant brièvement le point sur les relations bilatérales, les deux ministres se sont félicités de l’excellence de celles-ci, comme en témoignent les fréquentes rencontres et échanges à haut niveau entre représentants des deux États ainsi que les intenses relations économiques et commerciales entre les deux pays.

Les ministres ont passé en revue différents dossiers d’actualité internationale, dont notamment la situation en Turquie et au Moyen-Orient. Au sujet de la Syrie, le ministre Asselborn s’est félicité des efforts entrepris par le secrétaire d’ État Kerry et le ministre des Affaires étrangères de la Russie, Sergei Lavrov, visant à rétablir le cessez-le-feu, et a exprimé l’espoir de voir des améliorations de la situation sur le terrain.

Reconnaissant que les États-Unis et l’Europe sont aujourd’hui confrontés à de nombreux défis communs, ils ont partagé l’avis que les partenaires transatlantiques doivent, plus que jamais, renforcer leur coopération, afin de faire face aux bouleversements dans le monde en se fondant sur les valeurs communes.

L’entrevue a également permis d’aborder les négociations relatives au Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI/TTIP), en se penchant sur les défis que posent des deux côtés de l’Atlantique les négociations relatives au TTIP. Se disant conscient de l’importance d’un renforcement des relations économiques et commerciales dans l’intérêt mutuel des deux rives de l’Atlantique, le ministre Asselborn a exposé les préoccupations du Luxembourg, en insistant sur les droits des États à légiférer dans l’intérêt public ainsi que sur l’importance du maintien des hauts standards européens en matières des droits et de la protection des consommateurs, des normes du travail et des régulations environnementales. "Il va de soi que les valeurs européennes ne seront pas bradées au nom du TTIP", a précisé Jean Asselborn à son interlocuteur.

À l’issue de leur réunion, le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn et le secrétaire d’ État, John Kerry se sont rendus au Monument du souvenir "Gëlle Fra" pour rendre hommage aux victimes de l’attaque terroriste à Nice, le 14 juillet 2016.

En marge de leur rencontre officielle, Jean Asselborn et John Kerry se sont ensuite retrouvés à Steinfort pour une entrevue informelle.

Le dimanche 17 juillet 2016, le Premier ministre, ministre d’Etat, Xavier Bettel a rencontré le secrétaire d’ État des États-Unis pour un déjeuner de travail. Les discussions portaient entre autre sur les relations bilatérales et transatlantiques, la crise des réfugiés de même que sur l’actualité politique européenne et internationale en générale.

A l’issue du déjeuner, le Premier ministre Xavier Bettel et John Kerry se sont rendus au Cimetière militaire américain de Luxembourg-Hamm, pour une visite. Au cimetière reposent 5076 soldats américains tombés au Luxembourg au cours de la seconde guerre mondiale. Le Premier ministre et le secrétaire d’État se sont recueillis sur la tombe du général George S. Patton et ont déposé des fleurs devant le mémorial en hommage aux soldats tombés lors de la Seconde Guerre mondiale. "Des milliers de soldats américains ont laissé leurs vies pour que nous puissions vivre aujourd’hui en liberté. Nous leur sommes éternellement reconnaissant", a déclaré le Premier ministre à l’issue de la visite.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes/ ministère d'État