La Coopération luxembourgeoise – Rapport annuel 2015

Communiqué – Publié le

Le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider, a présenté le rapport annuel 2015 à la commission des Affaires étrangères et européennes, de la Défense, de la Coopération et de l'Immigration de la Chambre des députés le 19 juillet 2017.

Élaboré par la Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire du ministère des Affaires étrangères et européennes, le rapport annuel renseigne en détail sur l’utilisation des crédits de l’aide publique au développement (APD) luxembourgeoise et du Fonds de la coopération au développement.

Le Luxembourg consacre 0,95% de son RNB à l'aide publique au développement

Sur le plan international, en 2015 le Luxembourg a confirmé sa position parmi les cinq bailleurs de fonds qui respectent l’engagement pris en 1970 au sein de l’Assemblée générale des Nations unies de consacrer au moins 0,70% de leur RNB au développement. La chute du ratio APD/RNB sous la barre du 1% s’explique par une forte réévaluation du RNB en cours d’année (+ 13%) et non une baisse du volume financier en termes absolus. En 2015, l’aide publique au développement luxembourgeoise s’est établie à 324.941.071 euros.

2015 une année axée sur trois grands rendez-vous internationaux

2015 a été pour la coopération luxembourgeoise l’année de plusieurs rendez-vous internationaux clés. Tout d’abord, la troisième conférence internationale sur le financement du développement qui s’est tenue du 13 au 16 juillet à Addis-Abeba et qui a résulté en l’adoption du programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement. Ensuite, le sommet des Nations unis consacré aux nouveaux Objectifs de développement durable (ODD), qui s’est tenu du 25 au 27 septembre et, la conférence sur le climat, la COP21, à Paris en fin d’année.

2015 marquée par l'Année européenne pour le développement et la présidence du Conseil de l'Union européenne

Cette dernière année 2015 a été marquée par des défis d’un autre type pour la coopération luxembourgeoise, à savoir l’Année européenne pour le développement et la présidence du Conseil de l’Union européenne au 2semestre. L’objectif premier de la coopération luxembourgeoise pendant l’année européenne pour le développement a été de sensibiliser de nouveaux publics aux actions de développement et à la responsabilité et à l’intérêt de tout un chacun. D’innombrables évènements ont été organisés par la Direction de la coopération, ou en étroite collaboration avec cette dernière, par la société civile ainsi que des acteurs institutionnels. Ces activités étaient conçues en fonction des différents publics (le grand public, les jeunes, les milieux professionnels).

La coopération avec les pays partenaires et le Plan d'action pour l'efficacité du développement

Le rapport annuel présente la coopération avec les 9 pays partenaires du Luxembourg (Nicaragua, Salvador, Cabo Verde, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Niger, Laos, Vietnam). Cependant, afin de se concentrer sur les pays les moins avancés, la coopération luxembourgeoise se retire progressivement dès 2016 du Vietnam et de Salvador, tous deux étant maintenant des pays à revenu intermédiaire.

Le Luxembourg assume le rôle de chef de file pour les bailleurs dans le secteur de la formation professionnelle au Cabo Verde, au Sénégal et au Burkina Faso. Au Nicaragua, le Luxembourg assume ce rôle dans le secteur du tourisme et au Kosovo dans le secteur de la santé. De plus, au Niger, le Danemark et le Luxembourg ont formalisé une coopération déléguée où le Luxembourg reprend les activités de la coopération danoise dans le secteur hydraulique dans les régions de Diffa et de Zinder.

L'évaluation systématisée

La Direction de la coopération continue sa démarche systématique d’évaluation des ONG et des Programmes indicatifs de coopération (PIC) du Luxembourg avec les pays partenaires.

La coopération luxembourgeoise en chiffres

  • Le MAEE gère et met en œuvre 83,76% de l’APD luxembourgeoise
  • 73,64% de l’APD luxembourgeoise sont dédiés à la coopération bilatérale et 26,36% à la coopération multilatérale
  • 13,08% ont été consacrés aux trois phases de l’aide humanitaire: l’urgence, la phase de transition et la prévention
  • L’ensemble des 91 ONG agréées gère 19,35% de l’APD Luxembourgeoise
  • Le rapport annuel est disponible en ligne en français et en anglais sur le mini site: cooperation.lu

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes/ Direction de la coopération du développement