Rapport de l'Observatoire de la formation des prix sur l’évolution des prix administrés

Communiqué – Publié le

La commission "formation des prix" du Conseil de la consommation s'est réunie en date du 18 juillet 2016 dans le cadre des travaux de l'Observatoire de la formation des prix du ministère de l'Économie. Cette commission, qui se compose de représentants des consommateurs, des organisations patronales et du gouvernement, est chargée d'étudier et de discuter les analyses et rapports de l'Observatoire de la formation des prix.

L'Observatoire de la formation des prix a présenté un rapport dédié aux prix administrés. L'évolution des prix administrés a constitué un élément important de l'inflation au Luxembourg au cours des dernières années. Cependant, il est important de relativiser leur poids dans la hausse totale du taux d'inflation. Il est vrai que le Luxembourg a eu une inflation plus élevée que ses pays voisins entre 2001 et 2015. Aussi les prix administrés ont augmenté plus rapidement au Luxembourg qu'à l'étranger.

En total, une part d’environ 14% de l'inflation luxembourgeoise observée depuis 2001 est due à la hausse des tarifs sous contrôle des autorités locales ou nationales. Deux catégories ont dominé cette évolution des prix administrés: d'une part les services liés à la protection sociale et d'autre part les services relatifs à l'eau, dont le prix a fortement augmenté en 2010 et 2011 suite à la transposition de la directive-cadre sur l'eau (2000/60/CE). Seulement en Belgique la part des prix administrés dans le taux d'inflation est moins importante qu'au Luxembourg. En France, 28% de l'inflation est due à la hausse des prix considérés comme administrés, et la part en Allemagne et aux Pays-Bas est proche de 20%.

Cependant, une comparaison des prix administrés au niveau international s'avère être un exercice difficile et délicat. Tout d'abord une définition précise et uniforme du terme «prix administrés» fait défaut au niveau international. Ensuite, à cause de la nomenclature internationale, certaines des catégories de l'indice de prix peuvent renfermer aussi bien des prix dits administrés que des prix librement déterminés par le marché. Donc une mesure exacte et précise de l'évolution des prix administrés, ainsi qu'une comparaison internationale, ne s'avère que partiellement possible. Finalement, les modes de fonctionnement et de financement des biens et services concernés par les prix administrés varient d'un pays à l'autre, et les catégories considérées comme administrées par les autorités locales peuvent également diverger d'un pays à l'autre.

Communiqué par le ministère de l'Économie