Stabilité du marché des assurances au 2e trimestre 2016

Communiqué – Publié le

Après la baisse importante de l’encaissement tout au long de 2015, les données du second trimestre de 2016 confirment le retour à une stabilisation de l’activité déjà constatée au premier trimestre de 2016: toutes branches d’assurances confondues, les primes augmentent de 0,33% par rapport à la même période de l’exercice précédent.

Sur les six premiers mois de l’exercice 2016, l’encaissement global enregistre un recul de 0,93% avec des primes en diminution de 0,68% en assurance vie et en décroissance de 2,41% dans les branches de l’assurance non-vie.

En assurance vie, le recul semestriel de 0,68% de l’encaissement est imputable exclusivement aux produits vie en unités de compte dont les primes diminuent de 3,88% alors que l’encaissement relatif aux produits à rendements garantis croît de 4,97%. Ces mouvements s’inscrivent à contrecourant de ceux de 2015, exercice qui a vu un afflux massif vers les produits en unités de compte. Vu le bas niveau persistant des rémunérations susceptibles d’être offertes par les produits à taux garantis et la volonté affichée des assureurs-vie de réorienter leur clientèle vers les produits en unités de compte, il paraît toutefois prématuré de voir dans les chiffres du 2e trimestre un renversement des tendances.

Le total des provisions techniques des assureurs vie s’établit à 150,52 milliards d’euros à la fin juin 2016, en progression de 2,90% par rapport à la fin juin 2015 et de 2,01% par rapport à la fin mars 2016. L’augmentation de 2,97 milliards du 2e trimestre 2016 est imputable quasi intégralement à une collecte nette positive de quelque 2,66 milliards – les nouvelles primes dépassant largement les rachats – alors que les rendements financiers ne contribuent qu’à raison de 0,29 milliard à la croissance des engagements. Il convient de noter que la collecte nette positive importante est due avant tout à la faiblesse des rachats, le taux annualisé de rachats s’établissant à 6,42% des provisions techniques seulement, soit son niveau le plus bas jamais atteint depuis les 12 dernières années.

L’assurance non-vie recule de 2,41% sur les six premiers mois de 2016. Les assureurs travaillant essentiellement, sinon exclusivement sur le marché luxembourgeois, enregistrent une croissance de leur encaissement de 6,63%. Les entreprises opérant à l’étranger dans les branches d’assurances non-vie hors assurances maritimes voient au contraire leur encaissement diminuer de 6,70%. L’assurance maritime pour laquelle seuls les chiffres du 1er trimestre sont disponibles et qui est essentiellement le fait de quelques grandes mutuelles dont l’encaissement reflète l’évolution des sinistres a reculé de 5,20% au cours de cette période.

Communiqué par le Commissariat aux assurances