François Bausch, Francine Closener et Camille Gira en visite de travail à Silicon Valley: la conduite autonome sans chauffeur dans le point de mire

Communiqué – Publié le

Début septembre, François Bausch, Francine Closener et Camille Gira se sont rendus au Silicon Valley (CA, USA) afin de se renseigner sur les derniers développements dans le domaine de la conduite autonome sans chauffeur et de nouer des partenariats stratégiques.

Les participants ont rencontré les principaux acteurs de l'électromobilité, de la mobilité sur demande et de surtout de la conduite autonome. À côté des entreprises à notoriété internationale comme Tesla, Google, Delphi..., la délégation a également visité l'incubateur Plug and Play et plusieurs start-ups prometteuses dans le domaine du transport.

Un changement profond de la mobilité à travers la conduite autonome

Le ministre du Développement durable et de l'Infrastructure, François Bausch, considère que la conduite autonome va profondément changer la mobilité et offrir de nombreuses possibilités pour utiliser les véhicules routiers de manière beaucoup plus efficace. «Le comportement de l'être humain est aujourd'hui le facteur le plus critique en terme d'accidents sur le réseau routier. Une conduite autonome sans chauffeur aura un impact favorable sur la sécurité routière. À long terme, la combinaison de l'électromobilité et des véhicules autonomes mènera à un usage efficace des infrastructures de recharge et contribuera à la décarbonisation du transport. Les voies d'exploitations possibles de la conduite autonome sans chauffeurs sont multiples: des services de l'offre à la demande, un partage optimisé de véhicules, une réduction d'espace publique dédié à la mobilité individuelle et un flux optimisé du trafic sur le réseau routier qui est à l'heure actuelle fortement sollicité par des véhicules occupés par une seule personne. De sorte, vu le potentiel lié à la conduite autonome sans chauffeur, je suis persuadé que le Luxembourg doit être un interlocuteur des sociétés ressortant du domaine de la conduite autonome tout en gardant à l'esprit de les intégrer dans la stratégie multimodale en matière de transport.»

Une mobilité comme service («Mobility as a Service»)

La secrétaire d'État à l'Économie, Francine Closener, souligne la puissance d'innovation des entreprises visitées et les opportunités économiques pour le Luxembourg: «Au Silicon Valley, les voitures autonomes sont déjà une réalité. Bien qu'au stade de prototypes, ces véhicules sont omniprésents dans les rues et la rapidité des avancements technologiques réalisés est impressionnante. Le Luxembourg n'a pourtant pas à se cacher et a une carte à jouer en tant que laboratoire vivant et partenaire économique en Europe. Les efforts réalisés ces dernières années porteront leurs fruits et nous comptons notamment les capitaliser en attirant des entreprises et start-ups américaines sur le nouveau campus automobile en développement à Bissen.»

Le secrétaire d'État au Développement durable et aux Infrastructures, Camille Gira, estime que grâce aux évolutions techniques telles que la conduite autonome sans chauffeur et aux applications mobiles liées au transport, les citoyens auront la possibilité de passer de propriétaires de véhicules à de simples utilisateurs. Ainsi, la mobilité comme service («Mobility as a Service») représente un écosystème de mobilité durable où le citoyen choisit une combinaison de modes de transports convenant au mieux à ses besoins journaliers en mobilité. «La conduite autonome sans chauffeur va probablement renforcer fortement cette tendance en offrant de toutes nouvelles possibilités aux modes de transport alternatifs tels que l'autopartage et le covoiturage et ainsi contribuer à une utilisation beaucoup plus efficace des ressources énergétiques qui va de pair avec une réduction des émissions CO2 liées au secteur des transports.»

En mai 2016, le gouvernement en conseil a décidé d'ajouter aux priorités déjà identifiées dans le cadre de Digital Lëtzebuerg celle du développement du Luxembourg comme laboratoire vivant de la mobilité en étroite collaboration avec le secteur privé. Afin de soutenir cette démarche et de faciliter les projets pilotes y relatifs, un comité interministériel sous la co-présidence du ministère de l'Économie et du ministère du Développement durable et de l'Infrastructure a été créé.

Le Luxembourg, un laboratoire idéal pour des technologies innovantes

Le Luxembourg a de nombreux atouts à offrir aux entreprises actives dans le domaine de la mobilité intelligente. Ainsi, son écosystème intégré, sa position stratégique au cœur de l'Europe, son économie ouverte et sa population multiculturelle font du Luxembourg un laboratoire idéal pour tout type de solutions avant leur déploiement sur les marchés européens. L'innovation technologique est entre autre soutenue par un secteur automobile innovant, une excellente infrastructure de transport et des stratégies de mobilité et de digitalisation ambitieuses. Des projets phares tels que l'installation d'une infrastructure publique de 1.600 points de recharge pour véhicules électriques, le «High Performance Computing», le nouveau portail «Open Data», ou le développement d'un campus automobile soulignent la détermination du gouvernement à positionner le Luxembourg comme un des leaders européens de la mobilité intelligente.

Les rencontres étaient fructueuses et les efforts du Luxembourg ont été reconnus par les interlocuteurs américains qui perçoivent le Grand-Duché comme partenaire fiable et innovant en Europe. De nombreuses idées de collaboration ont été discutées et devront être approfondies dans les semaines et mois à venir. La mise en place de projets pilotes offrant des solutions de mobilité intelligentes au Luxembourg et créant des activités économiques sur son territoire étaient au centre des échanges entre acteurs de part et d'autre de l'Atlantique.

Communiqué par le ministère du Développement durable et des Infrastructures / ministère de l'Économie