Présentation du rapport annuel 2015 de l'Office du ducroire luxembourgeois

Communiqué – Publié le

L’Office du ducroire publie son rapport annuel: un bilan reflétant les défis et les difficultés de l’économie mondiale

- En dépit d’une situation économique difficile dans la plupart des pays émergents, l’activité de l’Office du ducroire (ODL) reste à un niveau stable.
- Le montant des aides payées s’élève à 1,95 million d’euros.
- Le montant de nouvelles opérations assurées s’élève à 550 millions d’euros.
- L’ODL a encaissé 6,2 millions d’euros de prime, soit le double de 2014.
- Les indemnisations payées par l’ODL sont passées de 8 à 12,3 millions d’euros.
- La situation financière de l’ODL reste solide, malgré une perte de 900.000 euros.
- L’ODL continue à élargir et à adapter sa gamme de produits et de services aux besoins des exportateurs.

Situation macroéconomique

2015 a de nouveau été une année difficile pour le commerce mondial, les pays émergents en ayant été les principales victimes. L’ODL a dû dégrader 37 pays concernant les risques à court terme, tandis que la notation de seulement 8 pays a été rehaussée. La majeure partie de ces abaissements de notation a touché des pays qui tirent une grande partie de leurs revenus des exportations de matières premières, principalement en Afrique sub-saharienne, dans les pays de la Communauté des États indépendants, en Amérique latine et au Proche- et Moyen-Orient. La situation économique en Europe a été impactée en raison du conflit opposant l’Ukraine et la Russie et de la chute des prix pétroliers, le Moyen-Orient en raison de la guerre civile en Syrie et en Irak et l’émergence de l’État Islamique, l’Asie en raison des tensions territoriales avec la Chine, et l’Afrique en raison de problèmes de sécurité causés par les mouvements djihadistes. La classification des pays de l’ODL peut être consultée sur le site Internet www.odl.lu.

Malgré les risques politiques, l’ODL a enregistré en 2016 une augmentation de son activité d’assurance-crédit en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique latine, tandis que l’activité en Europe centrale et orientale et en Asie a connu une baisse importante. En termes de concentration de risques, l’Inde, la Russie et la Corée du Sud représentent toujours plus de 80% des engagements de l’ODL.

Aides financières à l’exportation

M. André Hansen, président du Comité pour la promotion des exportations luxembourgeoises (COPEL) souligne l’importance des instruments d’aides à l’exportation. En effet, l’économie luxembourgeoise est très ouverte, mais de taille réduite. Les entreprises, pour se développer, ne peuvent se limiter au marché domestique et doivent se diriger vers des marchés plus éloignés, qu’elles connaissent moins bien, ce qui engendre une hausse des coûts liés à la prospection et à l’analyse de ces marchés.

En 2015, le montant des aides payées aux entreprises dans le cadre de leurs efforts de prospection s’est élevé à 1,95 million d’euros contre 2,27 millions d’euros en 2014. Comme les années précédentes, plus de 80% des aides payées concernent le remboursement des frais liés aux participations aux foires.15% des aides ont été versés à titre de publicité, de conception de matériel promotionnel et d’études de marché.

Sur les 670 demandes introduites, 52 ont fait l’objet d’un avis négatif. Au 31 décembre 2015, les promesses de paiement s’élevaient à 1,29 million d’euros. En tout, 149 sociétés ont reçu une aide, dont 20 start-up.

En termes de répartition géographique, 80% de ces aides concernaient des marchés européens, 10% étaient destinées à l’Amérique du Nord et 4% à l’Asie.

Assurance-crédit

Dans un contexte économique et politique difficile, l’ODL a clôturé l’année avec une perte consolidée de 900.000 euros, contre 4,8 millions en 2014. Cette perte s’explique par une forte augmentation du nombre de dossiers en sinistre, mais également par les faibles rendements générés par les placements financiers de l’ODL.

Les opérations assurées ont légèrement augmenté, alors que les primes encaissées ont doublé (6.230.668 euros en 2015, contre 3.007.703 euros en 2014), ce qui reflète une détérioration des risques couverts, mais aussi un allongement des durées de crédit; le taux de prime étant fonction de la qualité du débiteur, du risque pays ainsi que de la durée de crédit. Les indemnisations payées sont passées de 8 millions d’euros en 2014 à 12,23 millions en 2015.

"Il en ressort que l’ODL reste un partenaire essentiel pour les entreprises exportatrices dans un environnement économique défavorable. L’ODL continuera à soutenir les exportateurs luxembourgeois en adoptant une approche pragmatique de la situation économique globale, tout en essayant de garantir des politiques de couverture sur le long terme. Enfin, il est bon de rappeler que les indemnités payées ces deux dernières années ont permis aux entreprises qui en ont bénéficié d’éviter de sérieuses difficultés financières et ont eu pour effet de préserver l’emploi et la compétitivité du Luxembourg", a déclaré Arsène Jacoby, président de l’ODL.

Produits et service sur mesure

- Lancement d'un nouveau produit en 2015: l’assurance des engagements de garanties couvre les banques des exportateurs luxembourgeois, qui sont amenées à émettre des garanties bancaires (garanties de restitution d’acompte, garanties de bonne fin…) au bénéfice d’un client étranger.
- Dès le 4e trimestre 2016, les demandes d’aides financières pourront être introduites via le portail guichet.lu

Perspectives

Le Fonds monétaire international anticipe à nouveau pour 2016 une année de faible croissance à l’échelle mondiale. Le montant des indemnisations à payer restera élevé en 2017.

Dans un environnement économique difficile, la mission de l’ODL demeure d’aider les entreprises à se développer à l’international, en soutenant leurs efforts de prospection et en les protégeant contre les risques économiques et politiques qui vont de pair avec les transactions commerciales internationales.

Communiqué par le ministère des Finances / Office du ducroire luxembourgeois