Réunion informelle des 27 chefs d'État ou de gouvernement à Bratislava

Communiqué – Publié le

Le 16 septembre 2016, le Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel, a participé à la réunion informelle des 27 chefs d'État ou de gouvernement à Bratislava.

Les chefs d'État ou de gouvernement des 27 ont procédé, sous la présidence Donald Tusk, à une réflexion sur l’état actuel de l’Union européenne. Ils ont débattu de l’avenir de l’Union européenne et des orientations que l’Union européenne devra prendre afin de renforcer la confiance des citoyens et donner une nouvelle impulsion à la poursuite des réformes et au développement de l'UE à 27 pays membres.

Les chefs d’Etat ou de gouvernement se sont penchés sur les défis de l’Union européenne, que sont la migration irrégulière et incontrôlée, le terrorisme et les craintes liées à la mondialisation. Ils ont convenu que la sécurisation des frontières extérieures de l’UE, le combat de la menace terroriste ainsi que la reprise du contrôle de la mondialisation sont des mesures prioritaires pour regagner la confiance des citoyens européens.

Au sujet de la migration irrégulière, Xavier Bettel a déclaré: "Pour que Schengen puisse fonctionner correctement, nous devons contrôler les frontières externes et endiguer la migration irrégulière", avant de préciser: "Il est essentiel de trouver un juste équilibre entre le besoin de liberté et le besoin de sécurité de même qu’entre le besoin d’ouverture et de protection des frontières." Selon le Premier ministre, il faudra "mieux protéger les frontières externes dans le respect de nos valeurs européennes".

Les chefs d’Etat ou de gouvernement ont envisagé une intensification des contrôles aux frontières extérieures de l’Union européenne ainsi que la mise au point d’un système d’information et d’autorisation permettant de contrôler des voyageurs à l’avance.

En matière de migration, il a été estimé qu’il est nécessaire de limiter le nombre de migrants clandestins, en renforçant notamment la protection de la frontière entre la Bulgarie et la Turquie mais aussi en augmentant le nombre de retours vers des pays tiers tout en définissant une politique de migration contrôlée. Le conseil a en outre élaboré une feuille de route définissant les démarches à suivre en matière de développement économique et social, d’emploi, de marché unique, de stratégie numérique et d’investissements.

Au sujet de l’intention du Royaume-Uni de sortir de l’Union européenne, les dirigeants ont réitéré que les négociations ne devront commencer uniquement après que le Royaume-Uni ait invoqué l’article 50. "Nous devons maintenir les meilleures relations possibles avec le Royaume-Uni", a estimé Xavier Bettel, tout en précisant qu’"il faudra insister sur un maintien de l’équilibre entre droits et obligations de même que sur l’indissociabilité des quatre libertés du marché unique".

Communiqué par le ministère d'État