Initiative pionnière du Luxembourg et de la BEI pour le financement innovant de projets climatiques à fort impact

Communiqué – Publié le

Le Grand-Duché de Luxembourg et la Banque européenne d’investissement lancent la "plateforme du financement climatique Luxembourg-BEI", avec pour objectif de favoriser l’investissement dans des projets à fort impact pour la lutte contre le dérèglement du climat.

Cette plateforme qui va contribuer à la mise en œuvre de l’Accord de Paris représente une avancée concrète vers l’adéquation, à la fois, avec les engagements internationaux du Luxembourg et avec la stratégie de la BEI pour le climat. 

C’est la première fois qu’un État membre conclut avec la BEI un tel partenariat de financement climatique innovant, qui inscrit plus solidement encore Luxembourg dans une logique de place financière verte.

Le changement climatique est l'un des plus grands défis mondiaux de notre époque. Les risques liés au climat sapent les efforts déployés pour juguler la pauvreté, améliorer le bien-être des populations et parvenir à une croissance économique soutenue en tous points de la planète.

Lever ces risques nécessitera un grand volume de capitaux et une meilleure capacité à les déployer. Les gouvernements ainsi que les institutions financières internationales emmenées par la BEI ont intensifié leurs efforts et mis des ressources financières supplémentaires à disposition pour la lutte contre les changements climatiques. Mais il faudra financer bien plus d’investissements encore pour mettre en œuvre l’Accord de Paris, et il est clair que la majeure partie des financements nécessaires devra venir du secteur privé.

Le programme international d'action en faveur du climat a ainsi pour priorités de drainer les financements privés et de renforcer leur déploiement; ces objectifs sous-tendent également la nouvelle stratégie de la BEI pour le climat à laquelle contribue la nouvelle initiative Luxembourg-BEI. Il s'agit de financer davantage de projets à fort impact, de recourir à l'innovation financière et de continuer à soutenir le marché des obligations vertes, tous objectifs auxquels le gouvernement luxembourgeois accorde lui aussi une grande priorité.

La clé pour renforcer l’impact des financements "climat" consiste à panacher fonds publics et capitaux privés, ce qui permet d’attirer les investisseurs du secteur privé. C’est dans cette optique que la plateforme du financement climatique Luxembourg-BEI prend tout son sens.

Dans le cadre de la plateforme, le gouvernement du Grand-Duché mettra, sur les trois années à venir, 30 millions d’EUR de financements subordonnés à la disposition de véhicules d’investissement basés à Luxembourg qui soutiendront des projets ayant de fortes retombées positives pour le climat.

Ces financements permettront à la BEI de co-investir et de susciter l’intérêt des investisseurs privés. Les investissements seront centrés sur des projets à impact majeur sur le climat dans les pays en développement et au sein de l’Union européenne; ces projets devront répondre aux meilleurs critères d’impact en matière d’avantages pour l'environnement, le développement et la mobilisation de ressources complémentaires. Forte de sa longue expérience et de ses procédures d’évaluation rigoureuses, la BEI identifiera des projets susceptibles d’être appuyés dans le cadre de la plateforme et sélectionnera les opérations appropriées en coopération avec le gouvernement luxembourgeois.

Le protocole d’accord a été signé, lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 20 octobre 2016 au ministère des finances à Luxembourg, par Pierre Gramegna, ministre des Finances, Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement, Werner Hoyer, Président de la BEI, et Jonathan Taylor, Vice-président de la BEI.

"Le Luxembourg ouvre la voie à d’autres pays vers l’innovation dans le financement de l'action pour le climat", a déclaré Werner Hoyer, président de la BEI, en adressant ses remerciements à ses partenaires du gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg. "La plateforme que nous lançons aujourd’hui se veut un exemple stimulant de la façon dont on peut utiliser au mieux des fonds publics peu abondants pour mobiliser des ressources publiques et privées en faveur de projets à haut potentiel d’incidence positive pour le climat – des projets modestes par la taille, mais porteurs de réels changements sur le terrain pour les conditions de vie des populations locales."

Le ministre des Finances Pierre Gramegna:"Je suis heureux que le Luxembourg soit le premier pays à conclure un tel partenariat avec la BEI dans le domaine de la finance climatique. L'Accord de Paris a mis en évidence la nécessité d'une contribution financière importante du secteur privé pour que l’objectif de mobiliser 100 milliards d’USD par an jusqu’en 2020 puisse être atteint. Ceci est précisément ce que nous cherchons à soutenir à travers la plateforme du financement climatique. Cette coopération constitue un pilier important afin d’établir le Luxembourg comme une véritable place financière verte."

La ministre de l’Environnement Carole Dieschbourg:"Le gouvernement luxembourgeois a ratifié l’Accord de Paris et reste déterminé à soutenir le financement climatique international avec une contribution de 120 millions d’EUR de 2014 à 2020, soit 215 EUR/habitant, faisant du Luxembourg un des principaux donateurs en termes relatifs. Les institutions financières comme la BEI joueront un rôle clé pour aider le Luxembourg à mettre en œuvre ses engagements et à démultiplier les apports financiers nécessaires pour réaliser des mesures d’atténuation et d’adaptation à impact élevé."

Communiqué par le ministère des Finances/ le ministère du Développement durable et des Infrastructures/ la Banque européenne d’investissement