Participation d'une délégation présidée par le secrétaire d'État Camille Gira à la 4ième réunion des parties du Protocole sur l'eau et à la santé

Article – Publié le

Le secrétaire d'Etat au Développement durable et aux Infrastructures Camille Gira et Jean-Marc Hoscheit, ambassadeur, représentant permanent du Luxembourg auprès de l’Office des Nations Unies et des autres organisations internationales, ont participé avec une délégation de la Représentation permanente auprès de l'Organisation des Nations unies à Genève, du ministère du Développement durable et des Infrastructures et de l'Administration de la gestion de l'eau à la 4ième réunion des Parties au Protocole sur l'eau et la santé qui s'est tenue au siège des Nations unies à Genève.

Le protocole vise à œuvrer vers une accessibilité générale à l'eau potable, un assainissement adéquat des eaux usées et une réduction des maladies liées à la qualité de l'eau. Le protocole fut signé en 1999 par le Luxembourg et approuvé par la loi du 1er août 2001.

Dans son intervention lors du débat de haut niveau, il a souligné l'importance de la coopération internationale dans le domaine de la gestion de l'eau et a félicité les parties contractantes pour les résultats obtenus lors du cycle de travail passé. Pour le nouveau programme de travail de 2017 à 2019 les objectifs du Protocole seront mis en relation directe avec les objectifs de développement durables adoptés par l'Assemblée générale des Nations unies en septembre 2015.

Ce rapprochement est estimé comme essentiel pour garantir une meilleure visibilité du travail réalisé en contexte avec le protocole. Camille Gira a rappelé que les obligations du protocole restent d'actualité dans tous les pays même s'ils ont déjà réalisés la grande majorité des infrastructures.

En guise d'exemple, il a cité pour le Luxembourg les défis liés à l'adaptation au changement climatique. L'évènement de crue subite, comme celle survenu dans la Vallée de l'Ernz, a montré la vulnérabilité des infrastructures d'approvisionnement et l'importance de continuer de travailler avec vigilance pour une sécurisation de cette ressource essentielle. De même, le secrétaire d'État a mentionné les efforts mis en place par le gouvernement dans le cadre de la crise migratoire et souligné la responsabilité des États européens de veiller à assurer un approvisionnement en eau potable et une évacuation des eaux usées en toute sécurité aux réfugiés que nous accueillons.