Lydia Mutsch a présenté la nouvelle brochure sur l’ostéoporose "Ossature respectée = longévité"

Communiqué – Publié le

À l’occasion de la Journée mondiale de l’ostéoporose, qui a eu lieu le 20 octobre 2016, le ministère de la Santé a élaboré une nouvelle brochure en deux langues (française et allemande), qui vise à informer et sensibiliser davantage le public luxembourgeois au sujet de la prévention, du diagnostic et du traitement de l’ostéoporose et des maladies métaboliques osseuses.

Pour la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, un accent particulier doit être mis sur la prévention: "L’ostéoporose concerne toutes les tranches d’âge: les enfants et les adolescents, chez lesquels les os sont en pleine croissance; les adultes chez lesquels la préservation de la masse osseuse constitue le principal objectif; les personnes âgées, chez lesquelles il s’agit de prévenir les fractures."

L’ostéoporose, c’est quoi?

L’ostéoporose est une maladie silencieuse qui fragilise progressivement les os, entraînant des fractures osseuses douloureuses et invalidantes.

Ces fractures peuvent se produire à la suite d’un choc léger, un mouvement brusque, une chute sans gravité, ou même un éternuement. Les fractures les plus graves et les plus fréquentes sont celles qui touchent la colonne vertébrale et la hanche.

Si donc les causes d’une fracture peuvent être anodines, les conséquences en sont souvent dramatiques. En effet, ces fractures conduisent généralement à une perte d’autonomie physique et à une obligation de soins prolongés, sans mentionner l’amoindrissement au niveau de la qualité de vie de la personne concernée.

La morbidité, les invalidités et les coûts économiques imputables à l’ostéoporose sont plus élevés que ceux résultant des cancers, et d’autres maladies chroniques

Une fracture ostéoporotique toutes les trois secondes!

Dans nos régions, une femme sur trois et un homme sur cinq au-delà de l’âge de 50 ans seront touchés par une fracture ostéoporotique au cours de leur vie. Mondialement, l’ostéoporose cause plus de 8,9 millions de fractures par an.

"Il est inquiétant que la grande majorité des personnes à haut risque fracturaire, et celles ayant déjà subi une fracture ostéoporotique, ne sont ni diagnostiquées, ni traitées", juge la ministre.

D’ici 2050, avec le vieillissement des populations et leur style de vie sédentaire, l’incidence des fractures de hanche augmentera de 240% chez les femmes et de 310% chez les hommes.

Quels sont les facteurs de risque de l’ostéoporose?

Le risque global de l’ostéoporose est surtout influencé par l’âge et le genre, mais aussi par les antécédents familiaux ou encore la ménopause ou la prise de certains médicaments.

Au-delà, les principaux facteurs de risque modifiables, sur lesquels on peut donc agir pour réduire le risque de l’ostéoporose, sont le tabagisme et la consommation excessive d’alcool, une alimentation déséquilibrée et la sédentarité.

La prévention de l’ostéoporose concerne toutes les tranches d’âge!

Pour diminuer le risque d’ostéoporose, il est recommandé de pratiquer une activité physique régulière, de choisir une alimentation saine et équilibrée, d’éviter le tabagisme et une consommation d’alcool excessive, de connaître ses facteurs de risque et de se faire dépister et traiter.

Certains facteurs de risque sont désormais une indication pour faire un bilan osseux, comme par exemple:
- être âgée de plus de 50 ans et être en postménopause pour les femmes ou avoir plus de 70 ans pour les hommes;
- avoir déjà subi une fracture, suite à une chute minime ou après l’âge de 50 ans;
- être traité(e) par glucocorticoïdes;
- présenter un faible taux de testostérone (hypogonadisme) pour les hommes.

Lorsqu’un de ces facteurs de risque est présent, un dépistage est recommandé.

L’examen le plus fiable est la mesure de la densité minérale osseuse (DMO) par scanner de type DEXA, remboursée par l’assurance maladie sur ordonnance médicale. Cet examen est indolore, rapide et fiable, et dispense une faible dose de rayonnements ionisants.

Comment évaluer moi-même mes facteurs de risque?

Pour découvrir si vous présentez des facteurs de risque susceptibles d’accélérer la perte osseuse et d’entraîner une ostéoporose et des fractures: faites le test.

Communiqué par le ministère de la Santé