L’action climat au centre de la COP22 à Marrakech

Communiqué – Publié le

La ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, a participé du 14 au 19 novembre 2016 à la 22e Conférence des Parties (COP22) de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) à Marrakech.

L’accord de Paris sur le climat qui est entré en vigueur le 4 novembre 2016 est désormais ratifié par 111 parties dont le Luxembourg. Dans ce contexte la COP22 a adopté deux décisions portant sur le programme de travail, notamment les dispositions règlementaires concernant la mise en œuvre de l’accord de Paris d’ici 2018, ainsi que sur les dispositions en matière du financement de l’adaptation. La ministre Carole Dieschbourg a souligné l’importance de l’action climat sur le terrain et le financement climatique afin de maintenir un niveau d’ambition élevé. La "proclamation de Marrakech sur l’action pour notre climat et le développement durable[1]" permet d’assurer la continuité de l’agenda de l’action au-delà de la COP22. Cet agenda associe les acteurs non-étatiques y inclus les municipalités, villes et régions qui sont les acteurs clés dans la lutte contre le changement climatique.

L’action climat inclut également d’autres domaines comme la santé, les droits de l’homme, l’égalité des genres et les peuples indigènes. Dans ce contexte la ministre Carole Dieschbourg, en collaboration avec ses homologues autrichien, finlandais et suédoise a facilité le compromis permettant la mise en place dès 2017 de la plateforme des peuples indigènes prévue par l’Accord de Paris.

Le Luxembourg a co-organisé avec la Belgique, le Chili et le Costa Rica une conférence portant sur les droits de l’homme et l’égalité des genres dans la mise en œuvre de l’accord de Paris qui se situe dans le contexte de la "Promesse de Genève pour les droits de l’homme dans le cadre de l’action climatique"[2].

La COP22 de Marrakech a permis à la ministre de l’Environnement de mener des réunions bilatérales avec ses homologues du Cabo Verde, Burkina Faso et Laos, pays partenaires de la coopération luxembourgeoise. La réunion avec Erik Solheim, directeur exécutif du Programme des Nations Unies sur l’Environnement (PNUE, United Nations Environment Programme, UNEP), a permis d’identifier des pistes de collaboration future dans le domaine du financement climatique et de la pollution de l’air. Lors de l’entrevue avec le directeur exécutif du Fonds Vert pour le Climat (FVC, Green Climate Fund, GCF), Javier Manzanares a souligné que le Luxembourg est, en termes relatifs, le plus grand contributeur du GCF.

[1] Marrakech Action Proclamation for our climate and sustainable development http://unfccc.int/files/meetings/marrakech_nov_2016/application/pdf/marrakech_action_proclamation.pdf

[2] Geneva Pledge for Human Rights in Climate Action http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=20477&LangID=E


Communiqué par le Département de l'environnement