La stratégie interministérielle GIMB "Gesond iessen - Méi bewegen" fête ses 10 ans

Communiqué – Publié le

En date du 22 novembre 2016, la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, le ministre des Sports, Romain Schneider, le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, et le ministre de la Famille, de l’Intégration et à la Grande Région, Corinne Cahen, ont soufflé les bougies à l’occasion du 10e anniversaire de la stratégie interministérielle "Gesond iessen - Méi bewegen" (GIMB).

10 ans d’engagement national pour un mode de vie plus sain

C’est en juillet 2006 que le plan d’action national interministériel "Gesond iessen - Méi bewegen" a été lancé au Grand-Duché. Le principal objectif étant de combattre la problématique croissante de l’obésité et de la sédentarité (manque d'activité physique) dans la population en général et auprès des enfants et adolescents en particulier.

En effet, ces fléaux de notre société peuvent avoir de lourdes conséquences pour la santé: maladies cardio-vasculaires, diabète, ostéoporose, différents types de cancer, etc.

Au Luxembourg, près de 15,6% des adultes et 5,8% des enfants âgés entre 6 et 12 ans sont considérés comme obèses; 14,2% des enfants sont en surpoids.

Néanmoins, le surpoids et l’obésité, aussi bien que les maladies non transmissibles qui les accompagnent, sont dans une grande mesure évitables.

La sédentarité est considérée comme le quatrième facteur de risque de décès dans le monde (6%). On estime par ailleurs qu'elle est la cause principale de 21 à 25% des cancers du sein ou du colon, de 27% des cas de diabète et d'environ 30% des cas de cardiopathie ischémique.

L’activité physique pratiquée de manière régulière et adaptée par un adulte réduit le risque d'hypertension, de cardiopathies coronariennes, d'accident vasculaire cérébral, de diabète, de cancer du sein et du colon, de dépression et de chute; améliore l'état des os et la santé fonctionnelle; et est un déterminant clé de la dépense énergétique, et donc fondamental pour l'équilibre énergétique et le contrôle du poids.

GIMB: un instrument innovateur à caractère exemplaire

Inspiré par la stratégie de l’OMS "Pour la santé pour tous au XXIe siècle, la Stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé de 2004" ou encore le "Livre blanc européen pour combattre les problèmes du surpoids et de l’obésité en Europe", le plan d’action national interministériel GIMB est devenu un instrument innovateur à caractère exemplaire.

Lors de son allocution, Lydia Mutsch, ministre de la Santé, a mis l’accent sur les efforts réalisés ces dix dernières années, et a souligné qu’un engagement politique à long terme fondé sur la collaboration avec les nombreux intervenants publics et privés, sur le niveau national, communal et local, est indispensable afin de promouvoir un mode de vie plus sain à travers une alimentation équilibrée et une activité physique régulière au profit de tous nos citoyens.

C’est en étroite collaboration avec tous ces partenaires qu’au cours des dix dernières années plus de 500 projets et activités ont pu être réalisés dans le cadre du GIMB.

En effet, une approche multisectorielle s’impose pour réaliser des progrès de manière efficace et durable, comme l’a illustré également Jo Jewell du département de la nutrition pour la santé et le développement à l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

Ainsi, les gouvernements, les partenaires internationaux, la société civile, les ONG et le secteur privé ont des rôles vitaux à jouer pour créer des environnements sains et faire en sorte que les options alimentaires plus saines proposées aux enfants et aux adolescents soient abordables et facilement accessibles.

Vers une réorientation plus large dans la promotion d’une vie saine

La séance académique a en outre été l’occasion pour jeter un regard plus critique sur le travail réalisé et d’analyser les pistes éventuelles qu’il conviendra d’entamer à l’avenir, tout en se basant sur les expériences et bonnes pratiques acquises au cours des dix dernières années.

Pour le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, la promotion d’un mode de vie sain fait partie des missions de l’éducation formelle comme de l’éducation non formelle. L’intégration d’une activité physique régulière et d’une alimentation saine dans le quotidien scolaire permet d’agir sur le comportement de tous les élèves; il est dès lors souhaitable que les écoles l’inscrivent dans leur plan de développement scolaire.

Les structures d’accueil offrent elles aussi de nombreuses occasions pour mettre en pratique les bonnes habitudes dans ce domaine. Le mouvement, la conscience corporelle et la santé font partie des objectifs pédagogiques fondamentaux que toutes les structures d’accueil doivent viser pour soutenir au mieux les enfants et les jeunes dans leur développement.

Par ailleurs, comme l’a souligné Corinne Cahen, ministre de la Famille, de l’Intégration et à la Grande Région, la stratégie GIMB est valable tout au long de la vie et est aussi mise en œuvre dans le domaine des personnes âgées. La ministre a précisé que la pratique d’une activité physique quotidienne, même modérée, ainsi qu’une alimentation saine sont deux piliers essentiels permettant aux seniors de rester en forme et de maintenir leur qualité de vie.

Appel à la continuation de la stratégie GIMB

Lors de la séance académique, le GIMB a également été présenté sous un regard externe et situé dans le contexte européen.

Ainsi, John F. Ryan, directeur de la Direction Générale pour la santé publique et la protection des consommateurs de la Commission européenne, a évoqué les recommandations européennes en matière de santé publique et lancé un appel à la continuation de la stratégie nationale GIMB.

En guise de conclusion, Romain Schneider, ministre des Sports, a soulevé la nécessité de réitérer le plan d’action national, dont la thématique n’a rien perdu de sa pertinence et de son actualité, ni au Luxembourg, ni en Europe.

L’approche innovatrice de 2006 s’est avérée être positive, constructive et gratifiante pour tous les impliqués. L’approche interministérielle et pluridisciplinaire est un garant pour la concrétisation d’initiatives répondant aux principes de "Health in all Policies", de la multifactorialité des effets sur la santé des populations et la durabilité des initiatives.

En 2016, dix ans après, les axes d’intervention retenus en 2006 restent les mêmes:

  • sensibiliser et informer sur l’importance de modes de vie favorables à la santé physique, psychique et sociale;
  • manger sain et équilibré;
  • augmenter en quantité et en qualité l’activité motrice de la population.

Un programme qui, tout en misant sur un processus continue, n’a rien perdu de sa complexité : influencer de façon durable les modes de vie d’un groupe cible qui est loin d’être stable et confiné dans ses spécificités, voire ses besoins: petits enfants, enfants, adolescents, adultes, seniors quel que soit leur origine sociale ou ethnique, quel que soit leur état de santé.

Sur base à la fois des recommandations internationales et européennes, du rapport d’évaluation GIMB 2006-2016, d’une expérience décennale en collaboration interministérielle (Santé, Éducation nationale, Famille et Sport), des avis et suggestions de partenaires nationaux, régionaux et locaux du terrain, la stratégie GIMB future devrait continuer à s’orienter autour des principes suivants:

  • cohérence et complémentarité des actions en vue des objectifs nationaux GIMB; 
  • respect des 4 principes de base: – agir ensemble – renforcer l’existant  garantir l’accès pour tous  chercher des partenaires du terrain  engager un processus dynamique et évolutif; 
  • visibilité au niveau de la société et de la politique nationale.

"À la démarche GIMB future ne manqueront certainement pas les occasions pour agir, son champ d’intervention restera vaste et complexe; un vrai challenge pour un nouvel engagement GIMB à prendre, un challenge qui nous concerne tous, GIMB in all policies !", tel est le vœu d’anniversaire que les ministres ont exprimé pour l’avenir.

Communiqué par le ministère de la Santé, le ministère des Sports, le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse et le ministère de la Famille, de l'Intégration et de la Grande Région